Utiliser l’appui budgétaire pour lutter contre le changement climatique

Dans un paysage de plus en plus complexe en matière de financement de la lutte contre le changement climatique, l’AMCC teste le recours à l’appui budgétaire en tant que mécanisme de mise en œuvre en vue d’améliorer l’efficacité de l’aide. 

Avec l’appui budgétaire, l’aide est directement acheminée vers les caisses des gouvernements partenaires moyennant une série de conditions convenues. Cette aide est mise à la disposition des pays par tranches lorsque les critères d’éligibilité et les objectifs définis ont été atteints. L’objectif est d’appuyer pleinement les programmes et les systèmes nationaux, en encourageant le dialogue politique, l’engagement politique, l’appropriation et la durabilité. À terme, l’idée est que le changement climatique soit pleinement intégré dans le développement global du pays. 

L’AMCC utilise diverses formes d’appui budgétaire. Les programmes financés au Lesotho, à Maurice, aux Seychelles et aux Îles Salomon – qui visent à intégrer le changement climatique dans les initiatives globales de réduction de la pauvreté et de développement – sont mis en œuvre dans le cadre d’un appui budgétaire général. L’AMCC recourt également à l’appui budgétaire sectoriel lorsqu’un programme aborde le changement climatique au niveau d’un secteur tout entier, de la formulation des politiques à l’élaboration du budget et à la mise en œuvre. Généralement, l’AMCC améliore les composantes « adaptation » ou « atténuation » de programmes sectoriels existants. Au Guyana, les actions sectorielles de l’AMCC portent essentiellement sur la mise en œuvre du Plan d’action national de gestion des mangroves. Dans d’autres pays, les priorités sont différentes. Aux Samoa, elles portent sur le secteur de l’eau, au Rwanda sur le régime foncier, et au Bhoutan sur le secteur des ressources naturelles. 

L’AMCC estime que les possibilités sont grandes d’augmenter le recours à l’appui budgétaire, comme l’indique le diagramme ci-dessous qui présente la répartition des différentes modalités d’aide utilisées à ce jour. Dans la mesure où les financements liés au changement climatique devraient augmenter dans les années à venir, le recours à l'appui budgétaire offre des perspectives intéressantes pour améliorer la capacité qu'ont les pays en développement d'absorber les fonds mis à leur disposition pour appuyer leurs efforts d'adaptation et d'atténuation. Le passage du niveau du projet au niveau sectoriel se traduit aussi par une amélioration de la gestion des risques climatiques et permet de s’assurer que l’adaptation au changement climatique est bien intégrée dans l’effort de développement global des pays.

Partager cet article