Lutter contre les inondations par la préservation et le développement des forêts galeries, et doter le Bénin d’une cartographie de base fiable

La dégradation et la destruction des forêts-galeries du bassin du fleuve Ouémé, causées par la surexploitation et l'empiètement agricole, sont exacerbées par le changement climatique. Cette situation pose un problème important non seulement aux communautés tributaires des forêts, mais également aux régions en aval, qui souffrent de plus en plus d'inondations dévastatrices pendant la saison des pluies. Les facteurs structurels de la dégradation des forêts comprennent la production de charbon de bois, l'exploitation forestière non durable et les pratiques agricoles extensives basées sur la mise en friche des sols forestiers.

Les cartes topographiques du Bénin actuellement disponibles datent des années 1950. Elles ne sont plus adaptées aux besoins tels que la gestion des risques climatiques ou le suivi de l’évolution de la couverture des sols et des stocks de carbone.

«Pour lutter efficacement contre les effets du changement climatique, il est nécessaire d'avoir une connaissance détaillée de l'hydrographie, du couvert végétal et de la topographie. Le projet propose donc, dans son volet "cartographie", de réaliser une cartographie de base pour l'entièreté du territoire béninois. Cette approche permettra de mettre en place un système d'alerte contre les inondations, mais aussi sera un élément structurant pour accompagner un développement spatial équilibré au Bénin.» 
Mme Françoise Collet, Chef de la Délégation de l'Union européenne en République du Bénin, dans son discours prononcé lors de la cérémonie de signature de la convention de contribution

Lutter contre les inondations par la préservation et la gestion durable des forêts-galeries

Objectif général:

Lutter contre effets du changement climatique, tout en accompagnant la Stratégie de croissance pour la réduction de la pauvreté.

Objectifs spécifiques:

  • Réduire les effets des inondations en promouvant la conservation et l’utilisation durable des forêts-galeries du fleuve Ouémé, par la mise sur pied d’un réseau de zones de conservation communautaires incorporées dans le système national des aires protégées.
  • Doter le Bénin d’infrastructures géographiques et cartographiques de base, pour appuyer la gestion forestière et informer la Stratégie de croissance pour la réduction de la pauvreté, le Programme national de gestion de l’environnement, et le Programme d’action national d’adaptation aux changements climatiques.
Principaux résultats attendus et activités 

L’intensité des inondations dans les communes du bassin du fleuve Ouémé est limitée.

Ceci passe par le développement et l’utilisation d’un système d’alerte précoce et d’information sur les inondations, ainsi que l’appui à l’intégration des problématiques de l’environnement et du changement climatique dans les plans de développement et les budgets des communes concernées. Des mesures d’adaptation contre les effets des inondations seront également mises en œuvre dans des communes ciblées.

La dégradation et l’empiètement sur les forêts-galeries de l’Ouémé prennent fin.

Un appui sera donné au développement d’un cadre politique et juridique permettant l’intégration des forêts-galeries, sous la forme de zones de conservation communautaires, dans le système national d’aires protégées. Une analyse des changements institutionnels nécessaires à l’adoption d’une nouvelle structure de gestion des forêts galeries, avec la participation des communautés et des autorités traditionnelles, sera menée. Les institutions locales en charge de la gestion des forêts galeries seront établies ou renforcées de manière durable, dans le but de signer des accords de partenariat en vue d'une gestion durable des forêts-galeries.

Des modèles d’utilisation durable sont mis en œuvre autour des forêts-galeries.

Des régimes de gestion durable des forêts-galeries, des zones-tampons et des couloirs de connectivité seront définis, en partenariat avec les institutions de recherche et à travers des processus de planification participative. Des mesures incitatives pour une gestion durable de ces mêmes zones seront identifiées, et un appui sera donné aux communautés locales pour le développement d’activités alternatives. Des kits de soutien à la production durable de produits forestiers non ligneux, de plantes médicinales et de services d’écotourisme seront également développés.

De nouvelles données SIG et de nouvelles cartes topographiques, couvrant l’ensemble du territoire béninois, sont disponibles et permettent de documenter, entre autres, les effets du changement climatique.

L’acquisition de systèmes d’information géographique (SIG) et de matériel cartographique, le développement des compétences relatives à leur utilisation et la production de cartes topographiques couvrant l’ensemble du territoire national constituent des conditions préalables essentielles à la modélisation des impacts des précipitations et à la mise sur pied d’un système d’alerte précoce relatif aux inondations. Ceci doit également contribuer à l’évaluation et au suivi d’autres impacts du changement climatique (tels que les sécheresses) et de l’évolution de la couverture des sols et des stocks de carbone. Les activités prévues comprennent l’achèvement de la couverture nationale en imagerie satellite de haute résolution, le développement d’un SIG, et la production de cartes thématiques par photo-interprétation.

Les capacités de l’Institut géographique national (IGN) et des structures productrices de cartes sont renforcées en matière d’utilisation et de gestion des outils SIG.

Une évaluation des besoins de renforcement des capacités de l’IGN sera menée, préalablement à la formation du personnel de l’IGN à la gestion des SIG et au traitement des images satellitaires. Un business plan comprenant une stratégie commerciale et de communication sera également préparé pour l’IGN.

Principales réalisations à ce jour 

Suite aux démarches préliminaires nécessaires au lancement du projet, les premières activités seront lancées en 2014 .

Actions à venir 
  • Finalisation de la révision du cadre logique et de la modification des modalités de gestion et institutionnelles suite à la mission d'évaluation.
  • Contractualisation d’un prestataire de service et lancement d’une mission de prise de vues aériennes pour la cartographie numérique.
  • Mission d'évaluation à mi-parcours en 2015.