Duration
to
Status
Active programmes
Région
Pacifique
Pays
Burkina Faso
Pays impliqués
1
Total budget
4,00 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)
Effets du changement climatique sur la région

En raison d'une forte dépendance à l'agriculture de subsistance, les mécanismes de réponse des communautés rurales du Timor-Oriental sont mis à rude épreuve par les phénomènes climatiques imprévus. Les effets du changement climatique exercent un surcroît de pression sur les communautés locales, particulièrement dans les zones rurales, car ils exacerbent les problèmes de sécurité alimentaire existants, accélèrent la dégradation des ressources naturelles et augmentent la probabilité de catastrophes naturelles, notamment les glissements de terrain et les crues éclairs, ainsi que les risques de conflits liés à l’accès aux ressources.

Le principal problème des populations rurales du Timor-Oriental est de maintenir leurs moyens de subsistance et de répondre à leurs besoins élémentaires, car elles sont confrontées à un contexte agro-écologique particulièrement fragile et à une économie rurale faible. Le changement climatique aggraver encore leur vulnérabilité à l'avenir. C'est pourquoi le projet est centré sur des activités qui ont un impact direct sur la vie des communautés en leur permettant de mieux comprendre les menaces qui pèsent sur elles et d'y trouver des réponses adéquates.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
4,000,000.00 €
Specific objectives

Améliorer la capacité des populations vulnérables au changement climatique à répondre aux effets de celui-ci à travers la gestion durable de leurs ressources naturelles et l'amélioration de leurs possibilités de subsistance. À cet effet, il sera fait appel à des mécanismes de développement local, qui tiennent compte des besoins en matière d'inclusion sociale et de gestion des conflits.

Key achievements
  • La méthodologie d’analyse de la vulnérabilité au Timor-Leste a été élaborée et est actuellement mise en œuvre dans une zone pilote. L'élaboration de plans locaux d'action (Suco) est en cours.

  • Les bonnes pratiques en matière d'adaptation au changement climatique au Timor-Leste sont évaluées et documentées.

  • La première conférence sur l’adaptation au changement climatique au Timor-Leste a eu lieu en Novembre 2014.

  • Un concept de gestion agro-météorologique et le plan stratégique changement climatique ont été achevés.

  • Les activités forestières et agro-forestières et de démonstration agricole ont commencé en coordination avec la Direction nationale des forêts et le service de vulgarisation.

  • D’autres activités de foresterie comprennent: la mise en œuvre d'un réseau de pépinières d'agroforesterie, l'initiation de pratiques de reboisement et la mise en œuvre de projets pilotes et de bonnes pratiques agricoles (parcelles de démonstration).

  • En termes de renforcement des capacités, des cours de SIG ont été délivrés.

  • Le concept de gestion agro-meteo a été développé et commence à être mis en œuvre, en coordination avec les autres parties prenantes. 

  • Le projet a également atteint un niveau significatif de participation des femmes dans toutes les activités.

Main activities per result

La surveillance météorologique est rendue fiable dans les 13 districts du pays; les effets du climat sur la production agricole et l’environnement sont mieux connus; les résultats d’analyses agro-météorologiques régulières sont rendus accessibles aux producteurs ruraux; leurs conclusions aident à formuler des politiques nationales reposant sur des preuves scientifiques.

Pour y parvenir, la capacité du système d'information géographique relatif à l’agriculture et à l’aménagement du territoire à collecter les données climatiques, à en assurer le suivi et la diffusion sera améliorée. Le projet permettra de rendre entièrement fonctionnelles les 19 stations météorologiques existantes et d'améliorer les capacités nationales en matière de suivi et de cartographie des événements climatiques. Des formations seront dispensées en matière de cartographie, d'interprétation des données dans une perspective agro-écologique et d’aménagement du territoire, en adaptant à cet effet le contenu de certains cours dans les universités régionales.

Des informations sont aussi collectées et diffusées quant aux pratiques agricoles et de conservation existantes susceptibles d'améliorer l'adaptation et la préparation des communautés aux effets du changement climatique. Les échanges d’informations entre les parties prenantes seront favorisés, notamment par le biais du groupe technique sur la sécurité alimentaire, en organisant régulièrement des réunions techniques, et en mettant en place des mécanismes de gestion et de partage des connaissances (dont un système de centralisation des données accessible à tous les acteurs). Les besoins des organisations de la société civile et des universités seront pris en compte.  

Les conclusions et résultats seront utilisés pour appuyer la mise à jour des politiques et plans nationaux liés au changement climatique et à ses conséquences, notamment en matière d'incidence sur la pauvreté. Des éléments probants seront recueillis pour mettre à jour l'identification des besoins dans les zones les plus vulnérables au changement climatique. Des recommandations seront formulées en accord avec les principes de gestion des bassins versants, y compris en ce qui concerne les aspects fonciers, la gestion des forêts et l'utilisation des systèmes d'organisation traditionnels. La mise à jour des politiques et plans nationaux fera l’objet d’un soutien par le biais de la production de rapports semestriels contenant des recommandations à l'intention des décideurs et des responsables de l’élaboration des politiques. Un appui sera également donné à la préparation de rapports sur la mise en œuvre de la Convention sur le changement climatique et à l’organisation d’événements en vue de diffuser les résultats, de faire connaître les enseignements tirés de l'expérience et d’aider à déterminer les options disponibles pour les politiques d'adaptation au changement climatique.

Les communautés rurales sont capables d’identifier des réponses adaptées aux défis climatiques, et ces réponses sont incorporées dans les plans de développement des sucos (villages) dans au moins 50% des sous-districts identifiés comme vulnérables au changement climatique, d’une manière qui soutienne l’inclusion sociale.

Les communautés seront sensibilisées aux activités forestières et agroforestières, conçues comme une réponse à la dégradation des terres. Les programmes de sensibilisation des communautés s'attacheront à inciter les agriculteurs à réagir davantage à la dégradation de l'environnement et à leur faire prendre conscience des avantages du reboisement. Cette activité sera menée en collaboration étroite avec la Direction nationale des forêts, dont l'une des priorités est de promouvoir la sensibilisation communautaire.

Un appui sera donné aux communautés pour évaluer quelles sont les options les mieux adaptées au climat au niveau local et pour les intégrer dans les processus de planification déjà en place. Le projet aidera les communautés à rédiger leurs plans locaux de conservation des sols et de l’eau. À cet effet, on commencera par préparer des profils environnementaux des cinq principaux bassins versants, sur base de processus participatifs permettant d’évaluer les effets du changement climatique sur les communautés. Une attention particulière sera accordée aux zones dégradées, à la protection des zones de captage et aux techniques de conservation des sols et de l’eau. L’identification de mesures de résolution des conflits fera partie intégrante du processus.

Les plans de conservation de l’eau et des sols issus de ce processus seront intégrés dans les plans de développement des sucos et des districts.

La résilience des communautés rurales vivant dans au moins 50% des sous-districts identifiés comme vulnérables au changement climatique est accrue grâce à la restauration de leur environnement, la mise en œuvre d’activités de développement reposant sur des moyens de subsistance durables, et l’amélioration du dialogue social.

Les communautés rurales, et en particulier les femmes, mettront en œuvre des pratiques agricoles et de conservation des sols et de l'eau qui tiennent compte des besoins en matière de nutrition. Des services de vulgarisation agricole seront offerts, et des actions mises en œuvre, en accordant la priorité à des activités de conservation efficaces à moyen ou long terme, telles que l'aménagement de terrasses et la collecte des eaux.

Des activités de terrain seront également entreprises, principalement en collaboration avec la Direction nationale des forêts (par exemple pour accroître la capacité de production des pépinières nationales et communautaires, et pour améliorer le taux de réussite des plantations) ainsi que les techniques d'agroforesterie (par exemple les cultures intercalaires, ou la culture en forêt de produits forestiers non ligneux). Ceci soutiendra la réalisation des objectifs nationaux en matière de reboisement mais aussi d’adaptation, grâce au développement d’activités plus résilientes au climat et plus diversifiées.

Des activités d'information et de sensibilisation seront entreprises concernant les conséquences du changement climatique et les préparatifs à effectuer en vue de l'adaptation. Elles favoriseront le dialogue et l'inclusion sociale, afin de prendre en compte les risques sociaux et naturels et d'arriver à une gestion efficace des bassins versants. Des visites d'échange impliquant des sites de démonstration qui illustrent des techniques durables d'agriculture et/ou de gestion des forêts seront organisées, ainsi que des formations «de terrain» sur des parcelles ou dans des fermes de démonstration.

Le développement des capacités de la Direction nationale des forêts s'effectuera grâce à un apprentissage par la pratique et à la participation quotidienne de son personnel aux activités du projet à tous les niveaux. Un appui sera donné à la mise en œuvre du plan national de gestion des activités forestières et à l'amélioration des capacités de suivi et de gestion de la production, notamment par le biais des pépinières nationales.

Challenges and leçons apprises (selection)
  • Le projet a porté sur la préparation et la mise en œuvre d’analyses de la vulnérabilité qui sont réalisables et efficaces dans le contexte de Timor-Leste. Ces évaluations de la vulnérabilité ont la capacité d'alimenter les processus de planification intégrée au niveau des villages.

  • En outre, la documentation des meilleures pratiques et des leçons apprises sur l'adaptation au changement climatique a alimenté les discussions techniques avec les partenaires et les autres parties prenantes et a contribué à l'identification de techniques appropriées.

  • Les activités de développement des capacités et des services consultatifs pour les principales parties prenantes, ainsi que la sensibilisation du public en général, sont essentielles pour améliorer la qualité du dialogue technique et l'ensemble des commentaires reçus par le projet.

  • La coordination inter-institutionnelle avec un leadership efficace du gouvernement est une clé du succès. Avoir un plan clair et réaliste est également important pour concrétiser des actions coordonnées.

Way forward (selected)

Un accent sera mis sur 1º) le développement organisationnel et l'intégration du changement climatique au profit des institutions nationales, 2º) la mise en œuvre des activités de démonstration qui suivent les conclusions des analyses de la vulnérabilité et les plans d'action Suco et 3º) la mise en œuvre des activités de terrain en vue de mobiliser et d'atteindre les communautés rurales et d’améliorer leurs capacités d'adaptation.