Secrétariat de la Communauté du Pacifique – Alliance mondiale contre le changement climatique: petits États insulaires du Pacifique

Secrétariat de la Communauté du Pacifique – Alliance mondiale contre le changement climatique: petits États insulaires du Pacifique

Duration
to
Status
Active programmes
Région
Pacifique
Pays
Océanie
Îles Cook
États fédérés de Micronésie
Îles Marshall
Kiribati
Nauru
Niue
Palaos
Tonga
Tuvalu
Total budget
11,40 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)
Effets du changement climatique sur la région

Dans le monde, les îles du Pacifique figurent parmi les pays les plus vulnérables au changement climatique mais affichent une diversité considérable quant au degré de vulnérabilité, tant entre les pays et qu’en leur sein. Les communautés côtières, les atolls et, sur les îles plus grandes, les régions deltaïques à faible élévation et densément peuplées sont particulièrement vulnérables aux changements (même limités) des paramètres climatiques, en particulier en ce qui concerne les régimes des pluies et des tempêtes tropicales, ainsi qu’à l’élévation du niveau de la mer. La vulnérabilité résulte de la forte densité et de la croissance de la population, et la rareté des ressources naturelle, surtout les terres et l'eau. La forte exposition aux dangers naturels est également problématique dans les régions sujettes aux cyclones et typhons. Le manque de développement des infrastructures, la pauvreté, des la rareté des ressources économiques et la petite taille de pays présentant une grande dépendance économique vis-à-vis de l'extérieur constituent également des défis paour ces îles.

Dans ce contexte, l'AMCC met des financements à la disposition du Secrétariat de la Communauté du Pacifique (SPC) et du Secrétariat du Programme régional pour l'environnement (SPREP) afin de faciliter l'élaboration de « feuilles de route pour l'adaptation », de financer la mise en œuvre d'actions concrètes dans les pays participants, et de mettre en œuvre des activités renforçant les capacités et les institutions en vue d'une réponse plus efficace au changement climatique.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
11,400,000.00 €
Specific objectives

Contribuer à l’adoption d’une approche plus cohérente, mieux coordonnée, plus efficace et intégrée de fournir un appui à l'adaptation au changement climatique aux niveaux national et régional.

Key achievements
  • Des profils «changement climatique» ont été élaborés pour les neuf pays concernés. Ils fournissent des informations contextuelles spécifiques sur les stratégies de développement, la gestion de l’économie et des finances ; décrivent le climat actuel et son évolution attendue ainsi que la réponse au changement climatique (y compris en termes de dispositifs de gouvernance) ; évaluent les activités en cours en rapport avec le changement climatique ; et identifient les priorités nationales ainsi que les lacunes et contraintes. Ces profils sont accessibles comme suit:

  • Des travaux sont en cours pour élaborer une politique nationale de lutte contre le changement climatique pour Palau
  • Un plan d’action national conjoint pour l’adaptation au changement climatique et la gestion des risques de catastrophe à Kiribati et Nauru a été finalisé.
  • Des ateliers de formation à la communication liée au changement climatique organisés dans les États fédérés de Micronésie (EFM), ainsi qu’à Kiribati et Tuvalu, se sont centrés sur différents médias. En effet, un documentaire régional et quatre documentaires nationaux sur le changement climatique ont été préparés puis présentés lors d’un événement en marge de la réunion conjointe de la Plateforme du Pacifique sur la gestion des risques de catastrophe et de la Table ronde du Pacifique sur le changement climatique, le 11 juillet 2013. Les vidéos dont accessibles sur le canal YouTube de l’AMCC et du SPC.
  •  
  • Micronésie: Une évaluation hydrogéologique des ressources en eau dans les îles périphériques est en cours pour faciliter la planification ans le secteur de l'eau, en prenant en compte les scénarios existants en termes de changement climatique.
  •  
  • Kiribati: Révision de l'Ordonnance sur la santé publique en tenant compte du Plan d'action national sur le changement climatique et la santé (2011).
  •  
  • Iles Marshall: Un dialogue sur le changement climatique a été lancé en septembre 2014 au niveau national, et les travaux sont en cours pour préparer un Glossaire des termes utilisés localement sur les changements climatiques.
  •  
  • Nauru: Un schéma directeur pour l’eau et l'assainissement, sur les 20 prochaines années, est en cours de préparation.
  •  
  • Tonga: une étude diagnostic des caractéristiques côtières à Tongatapu a été préparée (2014) et un cadre pour un plan de gestion des zones côtières a été développé.
  •  
  • Tuvalu: Un plan de commercialisation des produits agricoles afin de promouvoir l'utilisation de produits locaux et améliorer la sécurité alimentaire dans le contexte du changement climatique a été préparé.
  •  
  • Les travaux préparatoires à la mise en œuvre des projets pilotes d’adaptation sont en bonne voie. De vastes consultations nationales impliquant le gouvernement, des ONG et les parties prenantes au niveau des communautés locales ont été organisées dans chaque pays entre mars 2012 et février 2013 avec afin de déterminer les secteurs d’activité des projets. Il s’agit de l’agriculture (1 pays), de la gestion de ressources en eau (4 pays), de la santé (1 pays) et de la gestion des zones côtières et des ressources marines (3 pays). Les notes conceptuelles des projets ont été approuvées pour 6 pays, dont Tonga, Nauru, les Îles Cook, Niue, les Palaos et Kiribati; elles sont en cours de préparation dans les autres pays. À la suite de la tenue d’un atelier régional de formation consacré à la préparation et au suivi des projets sur base de l’approche du cadre logique, des ateliers participatifs ont été organisés dans 5 pays pour concevoir des projets d’adaptation au changement climatique à mettre en œuvre sur le terrain. La mise en œuvre du projet des Îles Cook a démarré en avril 2013. Des coordonnateurs nationaux ont été recrutés pour assurer la coordination des projets des Îles Cook, des EFM et de Tonga. Les projets de Nauru, Tuvalu et des Îles Marshall devraient démarrer dans le courant du premier trimestre 2014.
  • Formation en préparation de projet : suite à un atelier régional sur la préparation de projet basée sur l’approche du cadre logique (octobre 2012), plusieurs formations se sont tenues au niveau national en 2013 et 2014. Elles ont bénéficié à 291 participants.
  • Une étude sur le financement des mesures de lutte contre le changement climatique a été réalisée sur les neuf pays.  Cette étude avait pour but d’évaluer l’avancement de l’intégration du changement climatique dans leurs politiques nationales et sectorielles et de documenter l’accès de ces pays aux fonds liés au changement climatique (qui ont été fournis par le biais des modalités d’appui budgétaire), en particulier entre juin et septembre 2013. Des profils d’intégration du changement climatique ont été élaborés pour chaque pays concerné. Une réunion régionale ayant bénéficié de la présence de 55 fonctionnaires des ministères des finances et du changement climatique de pays insulaires du Pacifique, de partenaires du développement et d’experts internationaux s’est tenue du 25 au 27 septembre 2013 à Tonga afin de partager l’expérience, de favoriser la compréhension et de promouvoir les priorités nationales en matière de financements liés au changement climatique, surtout en rapport avec l’appui budgétaire.
  • Pour soutenir l’échange régional d'informations et de connaissances, une matrice de toutes les activités du SPC en matière de changement climatique a été élaborée et publiée. Ce document a déjà été mis à jour en 2013. Deux ateliers de formation régionaux ont également été organisés pour former des représentants nationaux du Pacifique Nord et du Pacifique Sud au chargement d’informations sur le Portail du Pacifique sur le changement climatique.
  • La coopération régionale sur le thème du changement climatique a été renforcée, notamment dans le contexte du premier comité de pilotage et d’une réunion de planification organisée avec les pays partenaires en mai 2012 pour planifier les activités au niveau national et régional.  Un second comité de pilotage a été organisé en décembre 2012 ainsi que des travaux préparatoires à la tenue de la Plateforme du Pacifique sur la gestion des risques de catastrophe et de la Table ronde du Pacifique sur le changement climatique (prévues pour juillet 2013). La troisième réunion du comité de pilotage s’est tenue à Tonga les 30 septembre et 1er octobre 2013, avec la participation de r.esponsables de projets AMCC dans les Caraïbes, de l’Océan Indien et du Pacifique ; ainsi que des représentants de partenaires au développement.
Main activities per result

À l'échelon national, les pays sont mieux outillés pour intégrer le changement climatique dans leurs politiques, processus de planification et budgets. Des mesures d'adaptation concrètes sont élaborées et mises en œuvre.

Les activités prévues comprennent l'élaboration de « euilles de route pour l'adaptation», qui permettront d'intégrer l'adaptation au changement climatique dans les politiques et budgets des gouvernements sous la forme de stratégies de résilience au changement climatique; ainsi que la mise en œuvre des activités initiales prévues dans les feuilles de route et d'autres priorités stratégiques d'adaptation identifiées par les pays.

Il s'agit notamment de passer en revue les plans existants et les actions connexes en cours, d'organiser des réunions et ateliers de coordination avec les parties prenantes concernées, de préparer un rapport par pays contenant des suggestions concrètes de projets pilotes, de tenir des sessions de consultation nationale afin d'assurer l'adhésion aux projets sélectionnés ainsi que la prise de décision concernant le processus de mise en œuvre, et de mettre effectivement en œuvre les projets pilotes.

À l'échelon régional, les capacités sont renforcées en vue répondre aux besoins nationaux d'adaptation et de coordonner, promouvoir et établir des mécanismes innovants de coordination régionale en matière de changement climatique.

Il est prévu d’organiser des ateliers, conférence et de séminaires visant à coordonner les activités relatives au changement climatique dans le Pacifique, et de soutenir la participation à ces événements. Un nouveau mécanisme régional doit également être créé pour aider les pays à accéder aux financements internationaux.

Challenges and leçons apprises (selection)
  • Encourager l’appropriation des projets par les pays concernés: Dans la région, la plupart des projets en matière de changement climatique sont basés sur un secteur ou domaine prioritaire présélectionné. Ce projet donne aux pays la possibilité de prioriser leurs besoins et de sélectionner un domaine précis de leur choix pour le projet d'adaptation sur le terrain et les activités d'intégration qui y sont liées. Dans certains pays, de nouvelles procédures ont dû être mises au point pour assurer l’implication conjointe des niveaux communautaire, technique et politique.
  • Conjuguer des approches «descendantes» et «ascendantes» de l'adaptation au changement climatique: L'expérience montre qu’un système conjuguant des approches «descendantes» et «ascendantes» dans le processus d’adaptation est le meilleur moyen d’améliorer la capacité d’adaptation des habitants du Pacifique. Ce projet permet d'acquérir et de partager une expérience pratique en matière d’intégration du changement climatique combinée avec la mise en œuvre de projets d'adaptation sur le terrain, sur la base d'une approche participative, communautaire et tenant compte des facteurs culturels.
  • Dispenser les formations de manière efficace et efficiente: afin d’offrir une formation adaptée à un grand nombre de participants, une bonne pratique consiste en faire suivre les ateliers régionaux par des sessions nationales de formation, plus spécifiques. Il est également utile d’évaluer l’impact de chaque formation.
  • La collaboration avec d'autres partenaires au développement a des effets positifs dans la mise en œuvre des activités et favorise une utilisation efficace des fonds. Une collaboration régionale se construit par l’établissement de degrés supérieurs de confiance, au fil du temps. Au cours du projet AMCC, il y a eu des avancées significatives dans la collaboration régionale entre la SPC, le SPREP, le Secrétariat du Forum, l’USP (University of the South Pacific), la GIZ (coopération allemande) et le PNUD. Celle-ci s’est basée sur la reconnaissance des compétences particulières de chaque organisation et est le fruit d'expériences communes et de l'identification et la mise en œuvre d’activités conjointes.
  • L’intégration des agents du projet au sein des organisations régionales est un moyen efficace pour améliorer la collaboration régionale. Dans le cas de l'AMCC, un membre de l'équipe de projet a été recruté par le SPREP, permettant une forte collaboration au niveau technique. De même, la présence d’un membre de l'équipe dans le Pacifique Nord a permis de mieux appréhender certaines questions sous-régionales.
  • Utiliser l’approche du cadre logique pour concevoir des projets d’adaptation sur le terrain: L’approche du cadre logique a été utilisée dans le cadre d’ateliers multi-acteurs impliquant les gouvernements et des représentants des communautés ; elle s’avère être un outil très efficace pour planifier et structurer les activités des projets.
  • Préparer le terrain pour l'appui budgétaire lié au changement climatique et un meilleur accès aux financements dans ce domaine: Le fait d'aider les pays à évaluer leur état de préparation aux financements liés au changement climatique par le biais de l'appui budgétaire général et sectoriel permettra de renforcer les capacités nationales et d'améliorer la communication entre les parties prenantes des domaines du financement et du changement climatique à l'échelle nationale. À long terme, la collaboration avec d'autres organisations régionales du Pacifique dans ce domaine renforcera la capacité des pays de la région à obtenir des financements liés au changement climatique et à les absorber efficacement.
  • Renforcer les capacités à faire appel aux médias locaux pour transmettre le message du changement climatique avec précision et efficacité: l'offre de formations aux journalistes en matière d'élaboration et de diffusion de textes sur le changement climatique apportera des avantages durables dépassant la durée de vie du projet.
  • Neuf court-métrages sur les leçons apprises au niveau des pays ont été préparés et sont en cours de finalisation, avec l'appui du Centre régional des médias de la SPC. La première vidéo a été lancée à Tonga le 12 Février 2015.
Way forward (selected)
  • Formation régionale de préparation au Fonds d'Adaptation, prévue en septembre 2014.
  • Feuille de route pour intégrer la gestion de catastrophes et des risques naturels avec l’adaptation au changement climatique: En partenariat avec d’autres bailleurs de fonds, le projet contribue à développer les 3 résultats suivants d'ici 2015: 
    • Stratégie pour un développement résilient au climat et aux risques naturels dans le Pacifique (SRDP)
    • Recueil d'études de cas sur les changements climatiques et la gestion de catastrophes et des risques naturels dans le Pacifique
    • Rapport de synthèse régional des progrès accomplis dans la mise en œuvre du Cadre régional d'action dans la gestion des risques naturels 2005- 2015 et le Cadre océanien d'intervention sur les changements climatiques 2006-2015 (PIFACC).
  • La mise en œuvre de projets d'adaptation au changement climatique continuera, soutenue par des activités d’intégration qui renforceront le secteur, de façon à ce que dans le long terme, ce dernier puisse absorber davantage de fonds climatiques.
  • Les projets d'adaptation seront évalués, les enseignements tirés seront formulés puis partagés à l'échelle régionale et internationale, notamment par le biais de médias visuels et informatiques.
  • Les secteurs nationaux dont l’agriculture, la gestion des ressources marines et des zones côtières, la gestion de l'eau douce et la santé feront l’objet d’un renforcement pour leur permettre d'intégrer le changement climatique dans leurs activités, plans et budgets.
  • Le projet continuera également à soutenir la collaboration régionale en matière de mise en œuvre de réponses efficaces au changement climatique, et une assistance technique continuera d'être disponible en vue d’accroître la résilience des petits États insulaires à ce phénomène.

Une vidéo (en anglais) sur les programmes nationaux et régionaux de l'AMCC dans le Pacifique est disponible.