Adaptation au changement climatique et aménagement durable du territoire dans les Caraïbes orientales

Duration
2013-10-01 to 2019-06-19
Status
Active programmes
Région
Caraïbes
Pays
Amérique du Nord
Anguilla
Dominique
Grenade
Montserrat
Amérique du Sud
Total budget
1,06 T€
GCCA priority area(s)
Countries

Comme la plupart des petits États insulaires en développement, les États membres de l'OECO sont confrontés à des défis en raison de leur petite taille et de leur situation géographique: économies à dimension réduite, infrastructures limitées et vulnérabilité importante aux catastrophes naturelles telles que les ouragans. Ces caractéristiques, associées à d’autres facteurs tels que les régimes fonciers en vigueur, les sols fragiles, les conditions physiographiques et climatiques  variables ou encore la limitation des surfaces disponibles pour le développement, donnent lieu à une concurrence intense entre les options d'utilisation des terres, notamment pour l'urbanisation, l'agriculture, le tourisme et la construction d'autres infrastructures. À ces défis viennent s’ajouter les impacts attendus du changement climatique, qui devrait aggraver des phénomènes tels que les inondations, les marées de tempête et l’érosion, et réduire la disponibilité de l’eau douce.

Dans la région, les politiques de gestion du territoire constituent une contrainte commune au niveau national qui met en péril les initiatives visant à assurer un développement durable résilient aux impacts du changement climatique. Malgré les intentions et les efforts passés, la faiblesse du cadre institutionnel et des ressources a limité les progrès en la matière. Il en résulte une région qui a la volonté mais pas la capacité d'appliquer des politiques d'adaptation au changement climatique dans le domaine de l’aménagement du territoire.

Dans ce contexte, le présent projet entend s'attaquer à l’aménagement durable du territoire sur base d’une approche régionale globale et intégrée, en aidant le Secrétariat de l'OECO à jouer le rôle de chef de file institutionnel dans l’adoption d’une nouvelle législation relative à la protection de l'environnement, y compris les aspects liés au changement climatique.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
1,060,000,000,000.00 €

Overall objective

Contribuer à la réalisation des dispositions de l'Art. 24 du Traité révisé de Basseterre, de manière à ce que chaque État membre mette en œuvre la Déclaration de principes de Saint-Georges relative à la durabilité environnementale, qui cherche à assurer la protection et la productivité à long terme de la base de ressources naturelles de la région et des services écosystémiques qui y sont associés.




Objectifs spécifiques

Améliorer la résilience de la base de ressources naturelles de la région face aux impacts du changement climatique, par l'adoption de cadres et pratiques assurant une gestion efficace et durable du territoire, et par la mise en Å“uvre de projets pilotes d'adaptation axés sur les infrastructures physiques et les écosystèmes.




Produits
Résultats escomptés dans le cadre du volet A Résultat A 1) Meilleure compréhension du statut de la région en termes de capacités institutionnelles, techniques et humaines ;  Résultat A 2) Amélioration des cadres institutionnels, juridiques et réglementaires de la gestion durable des terres (GDT) au niveau régional et national. Résultat A 3) Amélioration des capacités humaines et techniques de GDT aux niveaux régional et national Résultat A 4) Meilleure sensibilisation du public aux risques, menaces et opportunités découlant du changement climatique aux niveaux régional et national Résultats escomptés au titre du volet B Résultat B 1) Mesures d'adaptation physique renforcées 1.3. Activités et calendrier de mise en Å“uvre Les résultats escomptés susmentionnés seront obtenus par la mise en Å“uvre des activités suivantes : Résultats escomptés au titre du volet A Résultat A 1) Meilleure compréhension du statut de la région en termes de capacités institutionnelles, techniques et humaines ; Principales activités : Examiner et évaluer le statut du secrétariat de l'OECO et la capacité institutionnelle, technique et humaine des États membres ; Produire une carte détaillée des activités pour chacun des résultats attendus suivants. Résultat A 2) Amélioration des cadres institutionnel, juridique et réglementaire de la gestion durable des terres (GDT) aux niveaux régional et national. Principales activités : Entreprendre un dialogue politique ; élaborer et adopter une législation et des règlements harmonisés en matière de GDT (c'est-à-dire renforcer les règlements visant à protéger et/ou restaurer les zones tampons écologiques, y compris en instituant des outils de protection des terres pour les zones tampons écologiques et les terres côtières vulnérables - élaborer des codes de construction stricts et établir des bases de référence pour la construction côtière - élaborer des règlements pour mettre fin progressivement au développement dans les zones à haut risque) ; mettre en Å“uvre les mécanismes institutionnels établis dans les politiques et stratégies foncières nationales et régionales ; recruter du personnel ; assurer une formation sur les politiques et/ou stratégies de GDT Résultat A 3) Renforcement des capacités humaines et techniques en matière de GDT aux niveaux régional et national Activités principales : Acquisition d'outils nouveaux et/ou mis à jour et d'équipements de surveillance et d'arpentage tels que SIG, GPS, AUTOCAD et autres logiciels et matériels appropriés, y compris des outils et équipements de surveillance de la fluidité des flux et des équipements de cartographie ; recrutement du personnel ; formation sur les équipements techniques et l'aménagement du territoire. Résultat A 4) Amélioration de la sensibilisation du public aux risques, menaces et opportunités découlant du changement climatique au niveau régional et national Activités principales : Élaborer et mettre en Å“uvre une stratégie et un plan d'action globaux de l'Autorité palestinienne en matière de GDT pour soutenir l'adaptation au changement climatique ; produire et distribuer des produits médiatiques à l'appui des campagnes de l'Autorité palestinienne ; dispenser une formation à des campagnes spécifiques de l'Autorité palestinienne (c'est-à-dire dans les bureaux publics, les écoles publiques, au niveau des communautés locales) Résultats escomptés au titre du volet B Résultat B 1) Mesures d'adaptation physique renforcées Activité principale : Élaboration de mesures d'adaptation physique spécifiques par le biais de projets pilotes


Activités
  • L'Université des Indes occidentales (St. Augustine Campus), a été choisie pour effectuer une analyse des écarts et évaluer les pratiques de la Commission de l'OECO et de ses États membres en termes de capacités institutionnelles, techniques et humaines pour l’aménagement de terrain, et identifier des interventions pilotes d'adaptation au changement climatique dans chaque État membre.

  • Le projet répond aux demandes de renforcement des capacités issues des États membres dans un certain nombre de domaines, y compris: la législation, l'informatique, la communication publique.

  • Les principaux résultats du Rapport d'analyse des écarts sont les suivants:
    • Analyse complète des écarts ;
    • Carte détaillée des activités nécessaires pour éliminer ou réduire les lacunes identifiées;
    • Identifier les activités complémentaires appropriées pour exploiter les synergies et générer des opportunités de coopération entre les partenaires de développement;
    • Concevoir un plan de visibilité et de communication pour le projet 
    • Proposer des projets pilotes d’adaptation dans chaque État membre de l'OECO
  • Le projet soutient également le dialogue politique entre les États membres:
    • en contribuant à l'organisation de la réunion annuelle du Conseil des ministres de l'Environnement de l'OECO;
    • en soutenant la participation d'un certain nombre d'intervenants au séminaire annuel de l’OECO sur le changement climatique organisé par l'USAID.
  • Des versions préliminaires de projets ont été élaborées par les Comités nationaux d’Anguilla, Antigua-et-Barbuda, les îles Vierges, Dominique, Grenade, Saint-Kitts-et-Nevis, Montserrat, Sainte-Lucie, St Vincent et les Grenadines.

  • Une consultation avec d’autres initiatives travaillant sur la thématique des changements climatiques a également été lancée. Son but était d’identifier des produits communs de communication visant le grand public.



Achievements to date

La situation de la région en termes de capacités institutionnelles, techniques et humaines fait l’objet d’une meilleure compréhension.

À cet effet, l'état des capacités institutionnelles, techniques et humaines du Secrétariat de l’OECO et des États membres de l'OECO sera examiné et évalué ; l’on établira une carte détaillée des activités relatives à chaque résultat attendu ; et l’on définira le calendrier, la situation géographique, le type d'intervention et la répartition des fonds entre les États membres.

 

Des mesures d'adaptation portant sur les infrastructures et les écosystèmes sont mises en Å“uvre.

Des projets pilotes seront mis en Å“uvre dans des domaines tels que la protection des côtes, la restauration et la réhabilitation des écosystèmes, la conservation des sols, le reboisement, la prévention des inondations, la stabilisation des sols et des rives des cours d'eau, ou encore la conservation de l'eau.

Les cadres institutionnels, juridiques et réglementaires en matière d’aménagement durable du territoire sont améliorés aux niveaux régional et national.

Ceci implique d’entamer un dialogue politique, d’élaborer et d’adopter une législation et des réglementations harmonisées en matière d’aménagement durable du territoire. Cette amélioration des différents cadres porte également sur la mise en application de nouveaux mécanismes institutionnels établis pour rendre les politiques et stratégies d’aménagement du territoire opérationnelles,  et pour assurer la formation dans ce domaine. Les nouveaux cadres institutionnels et réglementaires devraient porter sur des aspects tels que la réglementation permettant de protéger ou restaurer les zones tampons écologiques, la réglementation visant à l’arrêt progressif du développement dans les zones à haut risque, les codes de construction, ou encore l'établissement d’états de référence des constructions en zone côtière.

Les capacités humaines et techniques en matière d’aménagement durable du territoire sont renforcées aux niveaux régional et national.

L'intervention de l'AMCC permettra l’acquisition et le développement des capacités humaines et techniques requises pour utiliser efficacement divers outils techniques (par exemple, outils de cartographie, systèmes d'information géographique, outils GPS, logiciels de conception assistée par ordinateur) nécessaires à la collecte, au stockage, à l'analyse et à l'affichage de données géospatiales destinées à éclairer la prise de décisions en matière de gestion durable du territoire. Des formations relatives à l’aménagement du territoire seront aussi dispensées.

Le niveau de conscience publique des risques, menaces et opportunités liés au changement climatique s’améliore, tant au niveau régional que national.

Le projet soutiendra l’élaboration et la mise en Å“uvre d’une stratégie et d’un plan d'action global de sensibilisation publique en matière d’aménagement du territoire favorisant l'adaptation au changement climatique. Dans ce contexte, des produits destinés aux médias de masse seront développés et distribués. Des formations seront également dispensées pour soutenir la mise en Å“uvre de campagnes de sensibilisation spécifiques.



Challenges and lessons learned

Le renforcement des capacités et les activités de suivi doivent être mieux adaptés aux pays membres de l'OECO, dans un contexte où les ressources financières et techniques peuvent s’avérer insuffisantes au maintien des capacités mises en place. Ces activités peuvent être idéalement complétées par des investissements concrets, qui apportent des solutions pratiques en termes d’adaptation et renforcent le soutien des parties prenantes et les bénéficiaires envers le projet. 



Way forward
  • Une activité clé sera de poursuivre et de renforcer le dialogue politique avec les États membres de l'OECO à travers les comités nationaux.

  • Une autre étape importante sera la mise en place d’une Unité changement climatique au sein du Secrétariat de l'OECO.