Alliance globale contre le changement climatique Plus au Mali – Phase 2 (AGCC+-Mali 2).

Duration
2015-12-31 to 2018-12-31
Status
Active programmes
Région
Afrique
Pays
Mali
Total budget
7,15 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)

Le Mali est un pays vulnérable aux effets du changement climatique de par sa situation géographique (pays sahélien), l'extrême pauvreté d'une grande partie de sa population et une économie dominée par le secteur agricole tributaire des conditions climatiques aléatoires.

Face à cette situation et afin de préserver ses ressources naturelles, le Gouvernement du Mali s’est doté d'une série de politiques et législations environnementales. On peut citer entre autre la Politique nationale de protection de l'environnement (1998), le cadre stratégique pour une économie verte (2011) ou encore les politiques et stratégies nationales sur le changement climatique (2014). Toutefois, l'insuffisance de vulgarisation et la faible efficacité des systèmes de suivi empêchent l'application de cette législation sur le terrain.

Dans la suite de l'AGCC-Mali 1, le programme contribuera à la gestion durable des ressources naturelles en réponse aux enjeux liés au changement climatique. Dans cette perspective, le programme visera particulièrement le secteur forestier en tant que secteur pouvant avoir un rôle important à la fois au niveau de l'adaptation et de l'atténuation au changement climatique. Dans ce cadre, le nouveau programme s'attellera i) à faciliter l'appropriation de la thématique du changement climatique par les différents acteurs en appuyant l'AEDD à mettre en place une stratégie de communication et en renforçant les systèmes d'information existants, ii) à renforcer le système d'information forestier et la disponibilité des données disponibles, iii) à initier la mise en place d'un système national de suivi (système MNV - Mesure, Notification et Vérification) dans le domaine forestier et iv) à améliorer la couverture forestière.

Ces résultats sont étroitement liés aux orientations du pays décrites dans la Contribution prévue déterminée au niveau nationale (CPDN) préparée pour la conférence mondiale sur le climat qui s'est tenue à Paris en décembre 2015 (COP 21).

Countries

Le Mali est à la fois victime du réchauffement climatique et de la variabilité pluviométrique. Au niveau des températures, une augmentation de 0.7°C a été notée entre 1960 et 2006 et on s'attend à une augmentation entre 1.2 et 3.6°C à l'horizon 2060. Le Mali a de plus été affecté par six grandes sécheresses durant le 20ème siècle et son évolution climatique se traduit par un climat plus aride. L'augmentation démographique de 3.6% en moyenne, couplée aux contraintes climatiques entraine une surexploitation des ressources naturelles et rend difficile leur reconstitution.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
6,000,000.00 €

Overall objective
Contribuer à la gestion durable des ressources naturelles du Mali, en réponse aux enjeux liés au changement climatique.
 
Dans cette perspective, le programme visera particulièrement le secteur forestier en tant que secteur pouvant avoir un rôle important à la fois au niveau de l'adaptation et de l'atténuation au changement climatique. 



Objectifs spécifiques

L'objectif spécifique est de renforcer les systèmes de gouvernance du secteur forestier et d'améliorer la couverture forestière au Mali dans les zones ciblées par l'action.




Produits

R 1 : La communication et l'information dans le domaine du changement climatique et de la foresterie sont améliorées afin de permettre une meilleure appropriation de la thématique par les différents acteurs.

R 2 : La capacité opérationnelle de l'équipe en charge du SIFOR est renforcée afin de lui permettre de remplir ses fonctions de collecte, de gestion et de diffusion des données forestières.

R 3 : Le système MNV (Mesure, Notification et Vérification) est initié.

R 4 : La couverture forestière dans les communes d'intervention est améliorée.




Activités

Le premier domaine de résultats concerne le renforcement du rôle et des capacités des organismes en charge du changement climatique et de la gestion forestière. Il s'agira en particulier d'appuyer l’Agence de l'Environnement et du Développement durable (AEDD) et l'équipe en charge du Système d'information forestier (SIFOR).

Au niveau du deuxième domaine de résultats, l'équipe en charge du SIFOR est considéré comme étant le service le plus à même de rassembler et de gérer les données forestières. Néanmoins, sa viabilité dépend des discussions en cours au sein du MEADD visant à clarifier son statut et donc son financement. Dans le cadre de cette action, le programme appuiera la réforme en cours notamment par la mise à disposition d'expertise ponctuelle qui puisse aider le MEADD à prendre les décisions adéquates et l'équipe du SIFOR à s'organiser en fonction de son nouveau statut 

Concernant le résultat 3, le système MNV est un pilier essentiel pour le suivi de la Contribution prévue déterminée au niveau national (CPDN) dans le cadre de la mise en Å“uvre du l'accord de Paris. Il se base sur la mesure de l'impact des activités liées au changement climatique, leur notification à la convention cadre des nations unies sur le changement climatique et la vérification indépendante des informations. Dans le cadre de ce programme, on se focalisera sur les premières étapes de sa mise en place, à savoir une définition des rôles, des formations et un début d'application spécifique au secteur forestier .

Enfin, le 4e résultat concernera des actions d'amélioration de la couverture foresstière au niveau local. Sur base des résultats des inventaires forestiers, un ciblage des zones d’intervention se basant à la fois sur des critères de vulnérabilité au changement climatique et de pertinence écologique sera effectué. Etant donné sa vulnérabilité au changement climatique, la bande sahélienne sera particulièrement ciblée, mais d'autres régions pouront également être sélectionnées en fonction des résultats de l'analyse préliminaire