Alliance Mauritanienne contre le Changement Climatique (phase 2)

Duration
2019-01-01 to 2023-01-01
Status
Active programmes
Pays
Mauritanie
Total budget
8,88 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)

62% de la population vit des activités rurales (76% des plus pauvres). Cependant, le potentiel agricole de la Mauritanie est limité. Sa vaste superficie[2] est constituée à 76% par un espace désertique saharien, le quart restant appartenant au domaine sahélien et se divisant à moitié d'un côté par la zone saharo-sahélienne[3], zone d'élevage extensif, et de l'autre par la zone sahélienne qui est aussi la principale zone agro-pastorale du pays. Le potentiel agricole est inégalement réparti sur le territoire: les quatre wilaya du sud (Trarza, Brakna, Gorgol et Guidimakha) totalisent 59 % des superficies cultivables et la quasi-totalité du potentiel irrigable sur 12 % du territoire national. Ces quatre wilayas ainsi que l'Assaba sont parmi celles qui montrent une plus forte incidence de la pauvreté au niveau national, toutes supérieures à 50%

Du fait de la concentration des activités agricoles et pastorales, ces mêmes wilayas sont aussi les plus sensibles aux dégradations et à l'impact du changement climatique. Environ 44% du potentiel agricole (220.000 ha en Diéri, Bas-fonds et Walo) est fortement dépendant de la pluviométrie, irrégulière et mal répartie. La production nationale reste largement insuffisante et le pays doit importer près de 70% de ces besoins en produits alimentaires (63% pour ce qui est des besoins céréaliers). Le pays n'est autosuffisant qu'en production de viandes rouges. Le potentiel sylvo-pastoral est important (1.380.000 hectares, soit 13% du territoire national), mais aussi largement handicapé par les surcharges pastorales et les déficiences de l'hydraulique pastorale. L'élevage reste un pilier fondamental de la sécurité alimentaire en Mauritanie, donnant lieu à une forme d'épargne de précaution, aussi de monnaie d'échange, et assurant un apport nutritionnel important notamment de par les produits lactés (aliments de base des populations aussi bien chez les pasteurs que chez les agriculteurs).

Countries
GCCA's action programme
Geographical scope
Initial GCCA/GCCA+ contribution
7,500,000.00 €

Objectifs spécifiques
  • OS1 : Renforcer le dispositif institutionnel en charge du suivi et de la coordination des enjeux liés au changement climatique,
  • OS2 : Adoption de bonnes pratiques d'adaptation et de gestion durable des systèmes agro-sylvo-pastoraux dans la bande saharo-sahélienne



Produits

Les principaux effets du programme concernent une meilleure connaissance des enjeux du changement climatique en Mauritanie, leur prise en compte dans les stratégies de développement et au niveau sectoriel, le renforcement des capacités institutionnelles, techniques et organisationnelles des secteurs de l'environnement, de l'agriculture, de l'élevage, de l'hydraulique, de l'économie verte et des énergies renouvelables. Ceci est réalisé notamment par la mise en œuvre d'actions concrètes sur le terrain visant l'amélioration de la résilience aux conséquences du changement climatique au niveau local.




Activités

La seconde phase du Programme AMCC+ en Mauritanie vise à renforcer les processus existants au niveau de la planification, de la coordination des actions climatiques au niveau intersectoriel, et du suivi-évaluation tant en interne aux institutions que de l'action climatique au niveau national. Ceci est réalisé par une priorisation des appuis de renforcement des capacités, étayés par des analyses concernant la vulnérabilité mais aussi identifiant les opportunités d'action, et des activités de gestion des connaissances et de communication.

L'objectif est de développer une meilleure connaissance et appropriation des enjeux climatiques, permettant la construction d'un dialogue sectoriel et de la coordination interinstitutionnelle, favorisant la mise à l'échelle régionale et nationale de l'intégration environnementale et climatique dans les processus de développement (notamment, au niveau de la planification).

Il s'agit de renforcer la crédibilité de l'action climatique au niveau local, par la continuité des appuis aux services décentralisés de conseil aux producteurs agricoles, l'utilisation de systèmes inclusifs de planification locale, l'amélioration de la durabilité des initiatives locales. Ces appuis sont prioritairement mis en œuvre dans les collectivités appuyées au niveau de l'OS 2.

Le projet appuie également des initiatives locales contribuant à une gestion intelligente face au climat du potentiel agro-sylvo-pastoral, dans la bande saharo-sahélienne. Des actions d'adaptation et de réduction de la vulnérabilité sont sélectionnées sur la base d'un appel à propositions, puis développées et mises en œuvre dans cette zone particulièrement vulnérable au changement climatique.