Alliance Mondiale contre le Changement Climatique (AMCC+) au Suriname

Duration
2016-12-01 to 2019-08-31
Status
Active programmes
Région
Caraïbes
Pays
Suriname
Total budget
3,41 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)
Countries

Le changement climatique est un problème majeur pour la République du Suriname car elle est particulièrement vulnérable à la fréquence et à la gravité croissantes des sécheresses, des inondations et des tempêtes violentes, et à leurs conséquences sur des secteurs tels que l'agriculture, la pêche, ainsi que sur les infrastructures. Ces risques liés au climat ont des effets de plus en plus néfastes sur le pays et le changement climatique futur risque d'aggraver encore la situation.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
3,000,000.00 €

Overall objective
  • Réduire la vulnérabilité du Suriname aux effets négatifs du changement climatique.
  • Renforcer la capacité du Suriname à développer et à mettre en oeuvre des mesures efficaces d'adaptation au changement climatique.



Objectifs spécifiques

Sur la base d'une analyse des problèmes et d'une évaluation des besoins, l'action soutient le Suriname dans deux domaines :

- Le premier volet est axé sur la collecte de données climatiques, sur les performances du service météorologique national, sur la modélisation hydrologique et hydraulique comme base de la gestion durable des ressources en eau au niveau national, et sur la recherche adaptative dans le secteur agricole visant à réduire la vulnérabilité du secteur aux effets négatifs du changement climatique. Ces activités sont liées au secteur de concentration du PIN du 11e FED, l'agriculture durable.

- Le deuxième volet aborde le problème de la destruction continue des écosystèmes de mangrove qui constituent une défense naturelle de la zone côtière contre l'élévation du niveau de la mer et l'érosion.

À moyen terme, les connaissances et les informations générées par l'action sont des apports essentiels pour l'intégration ultérieure du changement climatique dans les politiques et stratégies nationales des secteurs concernés.

L'action contribue également directement aux engagements mondiaux de l'UE et internationaux en matière de changement climatique (REDD+, CCNUCC, PEID, etc.).




Produits

1.1 Renforcement des capacités du Service météorologique du Suriname (MDS) Division hydraulique et autres institutions (WLA)
1.2 Ressources en eau Modélisation et planification pour une gestion intégrée et durable de l'eau
1.3 Recherche sur les nouvelles technologies visant à réduire la vulnérabilité du secteur agricole à la variabilité du climat et publication des résultats

2.1 Élaboration d'une stratégie nationale pour la mangrove
2.2 Réalisation d'une étude d'évaluation économique (monétaire) des écosystèmes de mangrove
2.3 Mise à jour et mise en œuvre des plans de gestion existants de 4 zones de gestion à usages multiples en zones côtières
2.4 Structures de gestion des 4 zones de gestion à usages multiples en zones côtières établies et équipées de manière adéquate
2.5 Amélioration des patrouilles et des activités de contrôle
2.6 Conception et mise en œuvre de campagnes de sensibilisation du public et de la communauté




Activités

Les activités inculent :

- soumissionner, acheter et installer des équipements et des composants pour la modernisation des stations météorologiques automatisées en temps réel, des stations hydrologiques et des stations d'alerte rapide.

- rassembler, numériser les données d'observation historiques à long terme et les utiliser dans la planification des ressources en eau et la formulation des politiques.

- Procéder à une nouvelle évaluation des ressources en eau (y compris les réserves d'eau souterraine) afin d'éclairer la planification future en vue d'une gestion intégrée et durable de l'eau.

- Préparation d'un projet de document d'orientation sur la stratégie nationale pour les mangroves.

- Formation des petits entrepreneurs locaux aux alternatives durables d'utilisation de la mangrove

- Développement d'un programme de surveillance de la biodiversité des mangroves

- Diffusion, vulgarisation et recherche sur la gestion des écosystèmes de mangrove auprès des acteurs communautaires et sectoriels et du grand public

- Programmes de sensibilisation pour les médias (TV/Radio/Journalistes) sur la gestion appropriée des écosystèmes de mangrove à l'intention des professionnels du domaine des médias.



Réalisations jusqu’à present

Les résultats obtenus pendant la durée de vie du projet sont liés aux deux domaines de résultats du projet :

  • Augmentation de 40% de la capacité de collecte de données d'Hydro-Met
  • Installation de trois systèmes de micro-irrigation et d'une structure de serre fonctionnant à l'énergie solaire.
  • La numérisation de 70 ans de données climatiques historiques au sein du ministère des travaux publics, des transports et des communications.
  • L'élaboration d'un plan d'action intégré de gestion des ressources en eau
  • Développement d'une stratégie nationale pour les mangroves
  • Mise en place d'un système national de surveillance des mangroves



- Bien que le projet GCCA+ soit conçu pour accroître la résilience nationale face au changement climatique, il a ironiquement souffert de retards causés par la super saison des ouragans dans la région des Caraïbes en 2017. Les matériaux pour la construction de systèmes d'irrigation et de serres ont été bloqués dans les ports intermédiaires par l'impossibilité de voyager en raison de l'annulation du fret par bateau à cause des ouragans.

- Le changement climatique ne se limite pas à un seul secteur ou ministère, mais est plurisectoriel et intersectoriel. Une définition claire des rôles et des responsabilités sur les aspects de l'adaptation au changement climatique est nécessaire car il y a un chevauchement et une fragmentation des responsabilités et des mandats en ce qui concerne la gestion de l'eau et la collecte de données, les informations hydrologiques et météorologiques et leur diffusion, l'aménagement du territoire, la conservation des mangroves et les actions liées au changement climatique dans différents ministères.

- Un enseignement important est que des consultations/discussions interministérielles régulières sont nécessaires à tous les niveaux, y compris au niveau politique et technique. Cela permet une utilisation optimale des capacités limitées du pays. Des réunions régulières permettent une utilisation efficace des fonds, la normalisation des données renforce la collaboration et la participation des partenaires gouvernementaux au profit de l'objectif du projet. Cela a influencé le processus de prise de décision pour l'établissement des priorités, le développement et l'alignement des activités entre toutes les parties concernées, ce qui a permis d'améliorer la coordination des initiatives d'adaptation des CC au niveau national.

- En raison de la complexité du changement climatique, qui implique un certain nombre de sujets techniques, de secteurs et d'institutions, l'UGP a investi beaucoup de temps et d'efforts dans la création et le maintien de partenariats avec des partenaires qui se positionnent stratégiquement. Les partenariats ont permis l'efficacité et la qualité des résultats obtenus par le projet. Sans le soutien, l'implication et la collaboration de nos partenaires, le projet n'aurait pas pu atteindre les objectifs et le niveau de durabilité qu'il a atteint.

- Pour que le changement climatique devienne un sujet vivant pour le public, les médias doivent être informés et impliqués afin de reconnaître les problèmes liés : i) au changement climatique ou à la relation entre l'adaptation au changement climatique, la gestion de l'eau, la sécurité alimentaire, l'agriculture, les événements climatiques extrêmes causés par le changement climatique et, ii) au comportement des populations, aux efforts d'atténuation, aux décisions gouvernementales sur la gestion de l'utilisation des terres, à la conservation des mangroves et à l'élévation du niveau de la mer.