Alliance mondiale contre le changement climatique au Malawi

Duration
2013-12-01 to 2020-12-10
Status
Active programmes
Région
Afrique
Pays
Malawi
Total budget
8,00 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)

L’économie du Malawi et les moyens de subsistance de sa population sont largement tributaires des ressources naturelles, qu’il s’agisse de la terre (agriculture), de la biodiversité (agriculture, exploitation forestière, tourisme) ou encore de l’eau (agriculture, pêche, énergie, santé). Plus de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté et plus de 90% de la population pratique l’agriculture de subsistance ; 98% de la population rurale dépend du bois-énergie pour satisfaire ses besoins énergétiques. Cette dépendance vis-à-vis des ressources naturelles, combinée à une croissance démographique rapide, rend le pays particulièrement vulnérable aux effets de la variabilité du climat et du changement climatique.

Countries

La Deuxième stratégie de croissance et de développement du Malawi, adoptée en 2012, inclut un axe prioritaire «changement climatique, ressources naturelles et gestion de l’environnement». Un programme d’action national d’adaptation au changement climatique (PANA) a été adopté en 2006. Actuellement, la politique sur les changements climatiques est en attente de ratification par le Parlement. Un plan d'investissement sur les changements climatiques a également été lancé en avril 2014. Ce dernier se penche sur les secteurs prioritaires nécessitant un financement. Une stratégie de communication nationale sur les changements climatiques est en place pour sensibiliser les différentes parties prenantes et le grand public sur leurs rôles dans ce domaine. Un projet de rapport sur une approche sectorielle (SWAP) pour le changement climatique a été préparé fin  2011, mais depuis lors il n'y a pas eu de réelle poursuite du mouvement. L’intervention de l’AMCC vise à répondre à ces besoins.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
8,000,000.00 €

Overall objective

Soulager la pauvreté en améliorant la résilience des institutions et des communautés du Malawi aux risques et impacts liés au climat, aux niveaux national et local.


Specific objective
  • Contribuer à l’intégration du changement climatique au niveau régional et à celui des districts.
  • Améliorer la résilience des communautés vulnérables à la variabilité du climat et au changement climatique.

Outputs

In Component One capacities at district levels will be strengthened with regard to designing and implementing climate resilient development plans.

Component Two will support vulnerable communities' efforts to be better adapted to the impacts of climate variability and change.  

Achievements to date

Composante 1: Planification pour le changement climatique (PCC)

Dans le cadre de la composante PCC, il a été entrepris l'élaboration d'une documentation de formation qui s’est achevée par la finalisation du manuel de référence communautaire sur l'intégration du changement climatique. Pour faciliter l'accès aux membres de la communauté, ce livre de ressources a été traduit de l'anglais vers le Chichewa et le Tumbuka.

Après l'achèvement de l'élaboration de la documentation de formation, le processus de formation a été poursuivi afin d'assurer une intégration efficace du changement climatique. Pour cela, deux niveaux de formation dans le cadre de la composante PCC peuvent être catégorisés. Il y a la formation de formateurs qui possèdent les compétences nécessaires à l'intégration du changement climatique et qui sont ensuite impliqués dans la prestation de la formation au niveau communautaire dans leurs communautés respectives. Grâce à la mise en place d'un service d'assistance par l'équipe du PCC, une assistance continue est fournie aux stagiaires sur tous les sujets couverts par la formation organisée. 

Le mentorat a également été offert à 43 formateurs communautaires.  Avec les compétences et les connaissances acquises, on s'attend à ce que les formateurs encadrés collectent des fonds dans leurs districts pour l'intégration du changement climatique, en particulier dans les communautés locales.

Le contrat a pris fin le 31 décembre 2017 par le biais d'un addendum.  Une stratégie de sortie a été élaborée et, pour un éventuel suivi de l'intégration du changement climatique et de la formation communautaire, le Département des affaires environnementales devrait être garant de la documentation du PCC.

 

Composante 2: Renforcement de la résilience communautaire au changement climatique (SCR - CC)

Jusqu'à présent, un groupe de 99 Facilitateurs Communautaires (CBF) utilisant l'approche FFS a été formé et appuie l'empowerment des utilisateurs finaux, en vue de l'adoption des pratiques et des solutions les plus appropriées pour faire face aux problèmes liés au changement climatique .

Le projet a un fort impact communautaire ciblant au moins 172 800 utilisateurs actifs, organisés autour de 240 groupes dans des micro bassins-versants sélectionnés. L'approche FFS est utilisée comme instrument de renforcement des capacités et d'autonomisation effective des communautés et des ménages concernés. Les principales réalisations comprennent, entre autres, la formation de facilitateurs communautaires qui déploient ensuite les activités de sensibilisation communautaire autour de divers matériels de formation sur différentes technologies et pratiques d'adaptation.  Un total de 159 FFS ont déjà été établis et activement soutenus pour mener à bien leur processus d'apprentissage par la pratique, avant l'adoption des pratiques appropriées au niveau des ménages. Dans la pratique, les agriculteurs formés ont obtenu ce qui suit : (1) compétences en matière de conservation des sols et de l'eau, (2) agriculture de conservation, (3) agroforesterie, (4) régénération naturelle des arbres, (5) remise en état des ravines et (6) plantation sur les bassins-versants. Ils ont également mis en Å“uvre diverses études de validation et études comparatives sur (i) les essais variétales des cultures, (ii) le moment des semis, (iii) les combinaisons de cultures, (iv) les taux de semis, (v) la lutte contre les ravageurs et les maladies, (vi) les pratiques permettant la rétention d'humidité et (vii) les pratiques de jardinage intégré des exploitations familiales.

En plus des membres du groupe purement FFS, le niveau communautaire bénéficie d'activités particulières traitant de questions de gestion des ressources naturelles comme la régénération naturelle des forêts, la gestion des bassins versants, la remise en état des ravines et les opérations de plantation d'arbres.