AMCC+ Djibouti : Renforcement de la résilience climatique par le traitement intégré et durable des eaux de Douda

Duration
2019-06-01 to 2024-02-01
Status
Active programmes
Pays
Djibouti
Total budget
9,00 M€
Countries

La République de Djibouti est située dans la région de la Corne de l'Afrique, à l'intersection du golfe d'Aden et de la Mer Rouge. Avec son climat sec et un faible niveau de développement social, la République de Djibouti est vulnérable à un certain nombre d'impacts liés au climat dont la sécheresse extrême, les températures extrêmes, la hausse du niveau de la mer, les crues éclairs et la salinisation de l'eau et des sols. Ces phénomènes ont déjà été observés dans le pays et devraient augmenter en fréquence et en intensité dans l'avenir d'après les scénarios climatiques. Ainsi, les terres cultivables, les ressources naturelles et en particulier en eau sont très faibles et soumises à de fortes pressions engendrées par le changement climatique. La République de Djibouti fait partie des pays les plus pauvres du monde et les plus vulnérables aux impacts du changement climatique avec des conséquences directes sur ses ressources en eau et sa sécurité alimentaire.
L'ensemble du pays est concerné par la faible disponibilité de la ressource hydrique et particulièrement la capitale Djibouti. La forte croissance démographique soutient l'augmentation de la demande en eau qui contribue à l'intrusion saline dans l'aquifère. La quantité disponible est faible et sa qualité se dégrade. Ce phénomène est accentué par la faiblesse des précipitations qui ont été en dessous des 50% du niveau habituel depuis 2005 (rapport Météo 2006). Les périodes de sécheresse sont plus forte, l'approvisionnement en eau est plus difficile participent à l'accentuation du phénomène de désertification. L'eau disponible est chère et les quantités mobilisables pour l'irrigation sont extrêmement limitées. Le changement climatique, favorise également les pertes annuelles de sols arables évaluées à 4-5% dans les principales régions agricoles du pays. La combinaison de ces facteurs impacte directement les productions agricoles ce qui réduit la sécurité alimentaire du pays.

GCCA's action programme
Geographical scope
Initial GCCA/GCCA+ contribution
6,500,000.00 €

Objectifs spécifiques

L'objectif spécifique est d'étendre et sécuriser la chaîne de réutilisation des eaux usées traitées mise en œuvre à Douda dans le cadre du programme AMCC. Une des conséquences directes d'une filière de réutilisation contrôlée est de limiter les rejets et à terme de tendre vers le zéro rejet d'eaux usées traitées.




Produits

Les produits escomptés sont :
• P1-La capacité de traitement de la station d'épuration de Douda est augmentée pour répondre aux raccordements à venir avec un objectif, si le financement permet d'atteindre une capacité de traitement de 80 000 EH.
• P2- Le périmètre irrigué est renforcé tant sur les aspects techniques qu'organisationnels
• P3-. Mise en place d'une zone humide, haut lieu de biodiversité à l'exutoire de la station et qui peut bénéficier à la Réserve Naturelle de Douda.
• P4- Une stratégie et un système de suivi de l'ensemble de la filière réutilisation d'eaux usées traitées est mis en place
• P5- Un démonstrateur de réutilisation des eaux (station + périmètre) remarquable et unique dans la région Est-Africaine est opérationnel et pérennisé.




Activités

Cinq composantes ont été identifiées et se déclinent en actions spécifiques :

Composante 1 : Extension et sécurisation chaîne TRAITEMENT - DISTRIBUTION des eaux usées traitées

La réutilisation des eaux usées ne peut être pérenne que si la production en eau est sécurisée. Sans cela, l'incertitude sur la disponibilité de la ressource et les aléas du traitement peuvent déstabiliser les usages à l'aval voire les rendre impossible.

  • Extension de la station d'épuration de Douda : l'essor démographique et l'urbanisation forte de la ville de Djibouti rendent l'extension de la station nécessaire. Assurer cette extension va permettre de collecter des volumes supplémentaires produits et ainsi directement bénéficier aux populations qui disposeront de meilleures conditions sanitaires et réduiront les risques de maladies hydriques liées à l'insalubrité des eaux pour les populations et en particuliers les femmes et les enfants. Les volumes supplémentaires traités contribueront à soutenir l'activité du périmètre irrigué en lui garantissant une production accrue. Une nouvelle source d'eau est produite, elle diminue la pression exercée sur la disponibilité de la ressource et les effets induits de salinisation. L'extension est envisagée dans les 3 ans, avec comme objectif le doublement des capacités de la STEP (cible de 80 000 EH) comme initialement considéré, mais avec le risque de besoins de financements complémentaires.
  • Acheminement du réseau eau potable à Douda : l'objectif est la sécurisation de l'alimentation en eau potable pour rendre le périmètre plus autonome sur le plan de l'approvisionnement par le prolongement de la conduite d'eau potable qui approvisionnera la station. Ainsi, en cas d'aléa dans le traitement, le périmètre irrigué bénéficie de l'eau utile à son bon fonctionnement.

Composante 2 : Extension et sécurisation-USAGER périmètre irrigué de Douda

L'objectif est de renforcer le périmètre irrigué tant sur les aspects techniques qu'organisationnels afin d'en assurer la pérennité.

  • Renforcement des équipements agricoles et d'irrigation : extension de la surface en goutte à goutte (8 ha non encore équipés) et achat d'équipements pour le travail du sol, de plants et de produits phytosanitaires.
  • Prolongation de l'assistance technique pour le périmètre irrigué pour la soutenir et lui permettre d'atteindre son optimum. Son efficacité a été démontrée depuis 2 ans, elle doit contribuer à accompagner les agriculteurs sur les points suivants : la professionnalisation, les aspects techniques, la commercialisation des produits agricoles et la communication. Plus précisément, il faut élaborer les règles de gestion de la coopérative en professionnalisant et renforçant les capacités des acteurs dans la gestion de la coopérative notamment les élus de la coopérative. Sur les aspects techniques un point particulier est l'amélioration de la mise en valeur agricole ainsi que la maintenance et l'entretien du système hydraulique. L'assistance doit également insister sur la commercialisation des produits de la coopérative qui n'est actuellement pas réalisée de manière groupée. L'ensemble doit renforcer les capacités des intervenants par des programmes de formations (entretien du système hydraulique, entretien phytosanitaire, droit et obligation des bénéficiaires de la coopérative, répartition des rôles, méthodologie et commercialisation des produits, etc.). Enfin, l'assistance technique doit accompagner la coopérative dans les actions de sensibilisation et de communication auprès de la population de Douda.

Composante 3 : Sécurisation des rejets dans une zone humide végétalisée (RND)

Composante 4 : Structuration/organisation/suivi des filières réutilisation des eaux

Composante 5 : Audit, évaluation et communication

  • Des audits et des évaluations sont nécessaires pour suivre le bon déroulement du projet et vérifier la bonne allocation des fonds.
  • Communication : le résultat obtenu à ce jour est remarquable et ce système pérennisé dans le temps constituera sans nul doute une source d'inspiration à l'échelle internationale et bien sûr nationale permettant d'entraîner derrière lui d'autres projets de réutilisation des EUT à Djibouti. Pour faire reconnaitre ce site comme un démonstrateur, il convient de réaliser une communication significative pour partager cette expérience et la diffuser.