Appui à la stratégie de réponse au changement climatique du Royaume du Lesotho

Duration
2013-06-01 to 2017-10-01
Status
Completed programmes
Région
Afrique
Pays
Lesotho
Total budget
900,00 k€
Sector(s)
GCCA priority area(s)

Le Lesotho est confronté à des sécheresses fréquentes qui nuisent aux récoltes et entraînent des pertes importantes pour l'élevage. Le pays est également touché par de fortes chutes de neige, des vents violents et des inondations, qui ont des impacts sociaux négatifs. La grande vulnérabilité du Lesotho aux impacts négatifs liés au climat, qui seront probablement aggravés par le changement climatique, conjuguée à une capacité d'adaptation limitée, constitue une menace directe pour des secteurs tels que l'agriculture, la sylviculture et les infrastructures.

Countries

Le Plan national de développement stratégique (NSDP) 2012-2016 du Lesotho précise que les objectifs de développement doivent être atteints d'une façon résiliente au climat. L'action en matière d'environnement et de changement climatique constitue l'un des cinq axes stratégiques du Plan. Les préoccupations liées au changement climatique concernent notamment ses impacts potentiels sur l'agriculture, la disponibilité de l'eau, l'érosion des sols, les moyens de subsistance dans les zones montagneuses, la biodiversité et les risques de catastrophes.

Les mesures d'adaptation au changement climatique sont mises en œuvre par divers niveaux du gouvernement et ne relèvent pas d'un secteur unique. Compte tenu du fait que les conditions applicables au programme d'appui budgétaire général étaient remplies, l'appui budgétaire constituait une modalité adéquate pour l'intervention de l'AMCC.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
4,000,000.00 €

Overall objective

Contribuer aux efforts qu'accomplit le Lesotho pour réduire la pauvreté et assurer un développement durable.




Objectifs spécifiques

Contribuer à la mise en place du cadre politique et institutionnel nécessaires pour inverser la dégradation de l'environnement à travers la finalisation d'une politique et stratégie nationale de lutte contre le changement climatique, d'une stratégie nationale pour les énergies renouvelables et enfin pour appuyer leur mise en œuvre.




Produits

Un dialogue politique est engagé sur la mise en œuvre du Plan national de développement stratégique en ce qui concerne le changement climatique. Une plus grande cohérence entre les politiques gouvernementales et l'élaboration des politiques en matière de changement climatique est obtenue grâce à l'intégration du changement climatique dans le plan national de développement stratégique, en mettant l'accent sur l'agriculture et la sécurité alimentaire. La sécurité énergétique (définie en termes d'accès, d'efficacité énergétique et de recours aux énergies renouvelables) est assurée de manière à soutenir l'adaptation et l'atténuation du changement climatique.




Activités

Un appui budgétaire est prévu en deux étapes ; Le décaissement de la première tranche est lié à l'achèvement d'un avant-projet de stratégie de mise en œuvre relative à l'environnement et au changement climatique. Cette tranche est assortie d'un programme d'investissement public, ainsi qu'à leur approbation par le Cabinet. Elle est également liée à la tenue d'une première réunion du groupe de coordination sectorielle et à la désignation d'un groupe de travail pour rédiger les termes de référence de ce groupe de coordination. Vient ensuite la finalisation de termes de référence pour l'assistance technique chargée d'aider le gouvernement à élaborer une politique nationale de lutte contre le changement climatique.

Le décaissement de la seconde tranche est lié à la préparation d'une stratégie nationale d'adaptation et d'atténuation du changement climatique et d'une stratégie nationale pour les énergies renouvelables (y compris une estimation de leurs coûts de mise en œuvre). Il est par ailleurs attendu que le groupe de coordination sur le changement climatique et l'environnement se réunisse régulièrement, et qu'un cadre de suivi et d'évaluation du changement climatique et de l'environnement soit mis en place.

La Stratégie nationale d'adaptation et d'atténuation du changement climatique cible l'amélioration de la gestion des sols et des matières nutritives, de la récolte et du stockage de l'eau de pluie, mais aussi sur l'utilisation efficace de l'eau, ainsi que sur la gestion des terres érodées et des zones humides. Il est également envisagé que les actions en faveur de l'adaptation dans le secteur agricole et du renforcement de la sécurité alimentaire incluent des mesures visant à améliorer les ressources génétiques pour adapter le bétail et les cultures à des conditions climatiques plus extrêmes; mais également à améliorer les techniques de récolte, les processus de traitement et les chaînes d'approvisionnement afin de réduire les pertes après récolte. De plus, les actions prévoyent la modernisation du système d'alerte précoce et de préparation aux catastrophes liées au changement climatique et à la sécurité alimentaire.

L'élaboration de la Stratégie nationale pour les énergies renouvelables est prévue dans le contexte de la politique nationale d'adaptation et d'atténuation du changement climatique et du plan national de développement stratégique, afin de satisfaire les besoins principaux (y compris l'éclairage, la cuisine, le chauffage et les besoins des communautés). Cette stratégie vise à améliorer l'accès à des sources d'énergie propres, fiables et abordables, par l'extension de l'électrification rurale, dans la perspective d'engendrer une plus grande équité dans l'accès à l'énergie et le développement de sources d'énergie renouvelables telles que l'énergie solaire et éolienne, l'énergie issue de la biomasse et celle produite par de petits barrages hydroélectriques.

Il est également prévu un appui complémentaire aux acteurs gouvernementaux et non étatiques pour leur permettre de renforcer leurs capacités, et la mise en place d'une assistance technique pour soutenir le développement des nouvelles stratégies, le renforcement de la coordination sectorielle ainsi que le suivi et l'évaluation de la mise en œuvre de la politique et de la stratégie.



Réalisations jusqu’à present
  • Le gouvernement s'est employé à répondre à la première série de conditions afin de pouvoir recevoir un appui budgétaire. Cependant, le pays n'a pas rempli toutes les conditions pour le versement de la deuxième tranche, ce qui a entraîné le dégagement de 3 280 250 euros.
  • Onze réunions du Comité national sur le changement climatique ont eu lieu. Les termes de référence pour ce Comité ont été adoptés. En plus des réunions de consultation des parties prenantes, le Comité a effectué la préparation des plans nationaux d'adaptation (PNA) et de la Contribution prévue déterminée au niveau national (CPDN).
  • Le programme AMCC + a appuyé le Lesotho dans la définition d'une Stratégie d'intervention en matière de changement climatique, ainsi que d'une Stratégie nationale pour l'énergie durable. Un soutien a également été apporté à la définition des cadres institutionnels pour soutenir la mise en œuvre de ces politiques et stratégies.
  • Le programme avait été en Juin 2014 partie de la 2e étude AMCC - examen et analyse de l'UE (et AMCC) l'expérience, les meilleures pratiques et les leçons apprises dans le domaine de l'environnement et le changement climatique.

L'équipe a par la suite complété en octobre 2017 les documents suivants :

  • Politique nationale sur le Changement Climatique au Lesotho / Lesotho National Climate Change Policy 2017-2027 (LNCCP) ;
  • Stratégie nationale de mise en œuvre de la politique sur le changement climatique (CCPIS, y compris le plan d'action) ;
  • Stratégie nationale sur l'énergie durable (y compris le plan d'action) ;
  • Analyse de capacités de mise en oeuvre de la Politique nationale sur le Changement Climatique et plan de développement des capacités pour le Lesotho Meteorological Services et Direction de l'Energie ;
  • Cadre de suivi et évaluation pour la politique, la stratégie de mise en œuvre et le plan d'action de la CCN ;
  • Rapport d'activité sur l'établissement des coûts de tous les plans ;
  • La politique nationale du Lesotho en matière de changement climatique a été approuvée par le Cabinet du gouvernement du Lesotho le 12 décembre 2017.


Défis et enseignement tirés

Les leçons qui peuvent être tirées du processus d'appui à la stratégie d'intervention sur les changements climatiques sont les suivantes:

  • La modalité utilisée, l'appui budgétaire, s'est avérée particulièrement adaptée au dialogue de politiques et à l'appui au processus d'élaboration d'une politique sur le changement climatique, avec un accent particulier sur : le mécanisme interministériel de coordination, l'adoption et la budgétisation d'une stratégie de changement climatique, et le développement d'un système de suivi et évaluation. Le choix d'un programme d'appui budgétaire général était compatible avec l'objectif de promotion du changement climatique et de son intégration dans les stratégies nationales de développement et de réduction de la pauvreté;
  • Le niveau élevé de fragmentation institutionnelle, qui caractérise le Lesotho au sujet des politiques liées au changement climatique, justifie l'appui à la coordination interministérielle. Il s'agit néanmoins d'un processus complexe, nécessitant un engagement politique fort pour pouvoir assurer un impact durable;
  • Les retards dans les procédures d'appel d'offres pour l'assistance technique a mis en évidence la difficulté d'un séquençage approprié entre le lancement d'une assistance technique et la mise en œuvre d'un appui budgétaire. Le cas du Lesotho montre qu'une meilleure anticipation des procédures de passation des marchés est nécessaire, notamment lors de l'étape de la formulation;
  • Le domaine du changement climatique étant un nouveau secteur d'intervention, le programme d'appui budgétaire a été conçu comme une première étape pour aider les autorités nationales à mettre en place et renforcer le cadre institutionnel et politique liés à ce domaine.

Des échanges plus structurés entre les pays africains confrontés à des défis similaires en matière de changement climatique sont considérés comme souhaitables et utiles