Cambodia Climate Change Alliance - Phase II

Duration
2014-01-07 to 2019-01-06
Status
Completed programmes
Région
Asie
Pays
Cambodge
Total budget
12,00 M€
GCCA priority area(s)
Le changement climatique aura des répercussions importantes sur les paysages, les bassins versants et les côtes du Cambodge, dont des conséquences en particulier pour les systèmes de production agricole ruraux, la pêche et les systèmes écologiques qui dépendent de l'hydrologie des bassins versants du Mékong et du Ton le Sap. La prise de conscience des dirigeants politiques du gouvernement cambodgien de l'urgence croissante de relever les défis du changement climatique s'est considérablement accrue au cours des dernières années en raison des fréquentes inondations, des épisodes de sécheresse et de parasites agricoles qui affectent les moyens de subsistance des populations rurales et la base de ressources naturelles en général. C'est ainsi que le Premier ministre a clairement appelé les agences gouvernementales à se concentrer sur ces questions après les sécheresses prolongées de début 2016.
Countries

Une sensibilité politique nationale croissante et un leadership fort du ministère de l'environnement ont permis au département du changement climatique (DCC) au sein du Conseil national pour le développement durable (NCSD), soutenu par les interventions de l'ACCC, de franchir des étapes importantes dans l'intégration du CC au niveau des politiques nationales. Ceci reflète les niveaux élevés d'appropriation et d'engagement nationaux qui semblent contraster fortement avec ceux des évaluations de la phase 1 de l'ACCC. Le projet a investi de manière significative dans le renforcement des capacités des organismes d'exécution afin de prioriser ou d'intégrer les activités de lutte contre le changement climatique et les équipes techniques sur le changement climatique ont joué un rôle important dans l'élaboration des plans d'action sur le changement climatique (PACC).

Cependant, le fait que les agences semblent peu enclines à maintenir des équipes techniques sur le changement climatique actives pour informer la planification et la budgétisation stratégiques et mettre à jour les PACC, suggère qu'il est nécessaire de poursuivre la sensibilisation et le renforcement des capacités pour parvenir à l'intégration de la CC au sein des agences opérationnelles. Sur les 14 agences qui ont élaboré des plans d'action par pays, seules 3 ont confirmé la tenue de réunions des équipes techniques sur le changement climatique, avec un enregistrement limité des discussions ou des décisions prises. Le renforcement des capacités en matière d'analyse coût-bénéfice pour éclairer la planification et la budgétisation au niveau des projets en vue de l'intégration de la protection climatique semble offrir des possibilités qui n'ont pas encore été testées. Il est recommandé d'intensifier les initiatives de renforcement des capacités afin de garantir que la sensibilisation atteigne des seuils minimums dans tous les organismes et départements. En attendant, le soutien actuel de l'ACCC à l'élaboration du cadre national de suivi et évaluation du CC, les lignes directrices du Ministère de l'Economie et des Finances pour la budgétisation du CC, et le suivi et la mobilisation du financement international pour le climat par le Conseil pour le Dévelopemment du Cambodge/Bureau cambodgien pour la réhabilitation et le développement (CDC/CRDB) et le département du changement climatique au sein du Conseil national pour le développement durable (NCSD/DCC) contribueront à responsabiliser les organismes d'en haut en ce qui concerne l'intégration de la CC.

Il existe un grand potentiel de complémentarité dans le portefeuille du NCSD sur le changement climatique, et avec une série de projets d'agences en rapport avec le changement climatique financés par différents partenaires de financement. Cependant, ces projets sont largement sous-réalisés en raison de l'absence d'un groupe de travail technique (TWG) sur les changements climatiques et d'une coordination sectorielle limitée, voire d'un partage d'informations entre les agences et les donateurs. Au moins une agence du Gouvernement du Cambodge a fait des commentaires sur la charge administrative que représente la collaboration avec des donateurs distincts dans des projets connexes. En outre, les modalités contractuelles spécifiques de divers projets liés au climat semblent limiter le potentiel de développement de synergies, notamment lors de la mise en œuvre. Cela suggère la nécessité d'un soutien supplémentaire aux agences du Gouvernement du Cambodge pour guider stratégiquement et activement les processus d'identification et de formulation des projets avec les donateurs plutôt que d'accepter les projets tels que proposés et de s'engager simplement au stade de la mise en œuvre. Des domaines spécifiques potentiels de synergies avec plusieurs projets financés par le PNUD, la Délégation de l'UE et la Suède ont été examinés par le Premier ministre de l'ACCC.

GCCA's action programme
Geographical scope
Initial GCCA/GCCA+ contribution
6,000,000.00 €

Objectifs spécifiques

Contribuer à la mise en œuvre du plan stratégique sur le changement climatique au Cambodge (CCCSP).




Produits
  • Résultat 1 : Un cadre de gouvernance et de responsabilité clair est fonctionnel pour la réponse au changement climatique aux niveaux national et infranational.
  • Résultat 2 : Des financements intérieurs et extérieurs efficacement orientés vers le soutien d'un développement à faible émission de carbone et résistant au climat
  • Résultat 3 : Renforcement des capacités humaines et technologiques pour soutenir la réponse au changement climatique



Activités

Sous le premier résultat :

1.1. Le cadre national de suivi et d'évaluation est approuvé et fonctionnel, y compris les indicateurs ventilés par sexe et les indicateurs de pauvreté ;
1.2. Nombre de ministères disposant d'un arrangement institutionnel pour gérer leur plans d'action sur le CC et contribuer aux activités des équipes techniques sur le CC ;

1.3. Nombre de ministères qui démontrent leur capacité à mettre en œuvre au moins 50 % des actions de leur plans d'action sur le changement climatique et à rendre compte des progrès conformément aux normes nationales (y compris l'analyse de genre) ;
1.4. Renforcer les mandats juridiques du Comité National sur le CC, de son Secrétariat, et des équipes techniques sur le CC.

Sous le deuxième résultat :

2.1. Statut du mécanisme de coordination entre le gouvernement et les partenaires ;
2.2. Statut de l'accès direct du Cambodge aux fonds multilatéraux pour le climat ;
2.3. Nombre de ministères bénéficiant de l'appui du secrétariat de la CCNU sur la recherche et les modalités de financement ;

2.4. État du dialogue public-privé sur les investissements dans la lutte contre le changement climatique ;
2.5. Nombre de documents ministériels de planification et de budgétisation intégrant explicitement le CC.

Sous le troisième résultat :

3.1. État des procédures de gestion et d'échange d'informations relatives au changement climatique ;
3.2. État de l'intégration du changement climatique dans les programmes scolaires et universitaires ;
3.3. Un mécanisme est en place pour identifier et tester les technologies pertinentes pour la mise en œuvre des plans d'action sur le CC ;

3.4. Disponibilité et fonctionnalité des normes et des procédures d'assurance qualité pour la publication et les données relatives au changement climatique.



Réalisations jusqu’à present
Résultat 1 : Le CCCA-II a généré des progrès significatifs dans les systèmes et capacités nationaux, en particulier le cadre politique et les processus d'intégration du changement climatique dans la planification et la budgétisation du développement. Le plan national de développement durable et les objectifs de développement durable du Cambodge ont été bien établis. La mise en œuvre au niveau infranational, l'orientation technique pour soutenir l'innovation et le suivi des performances du système sur le terrain peuvent nécessiter un soutien supplémentaire. Des contraintes fondamentales en matière d'organisation et de ressources empêchent toujours l'intégration du changement climatique dans les programmes, les budgets et les opérations des ministères de tutelle.