GCCA+ Reducing Climate Impact of cooking in Rwanda through improved cooking systems

Duration
2020-11-01 to 2025-11-30
Status
Active programmes
Région
Afrique
Pays
Rwanda
Total budget
5,50 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)
Countries

La cuisine est une activité vitale et pour préparer leurs repas quotidiens, 97 % de tous les ménages rwandais utilisent des systèmes de cuisson traditionnels à base de biomasse, dont seulement 30 % sont des équipements de cuisson améliorés3 mais dont la qualité et l'efficacité sont souvent discutables. Seuls 3 % de la population ont accès à des technologies et des combustibles plus propres. Ne pas cuisiner n'est pas une option, la question est de savoir comment atténuer les effets de l'utilisation inefficace de la biomasse traditionnelle sur le climat, l'environnement et la santé des utilisateurs en réduisant les besoins en combustibles pour la cuisine ou en augmentant la base de combustibles de cuisson durables et véritablement renouvelables avec une faible empreinte carbone : les résultats de l'inventaire forestier national de 2015 et l'analyse consécutive de l'offre et de la demande (Office des eaux et forêts du Rwanda, RWFA, 2016) de biomasse ligneuse révèlent que les ressources forestières sont gravement dégradées au Rwanda. Alors que la perte de forêts est souvent due à l'expansion des terres agricoles, la dégradation des forêts au Rwanda est principalement attribuée à l'utilisation inefficace de la biomasse pour la cuisine, comme l'a récemment justifié l'enquête nationale (IECV54). Le maintien du statu quo continuera à mettre sous pression la couverture forestière du Rwanda, car les forêts se dégradent environ deux fois plus vite qu'elles ne se régénèrent (la proportion de la demande annuelle de bois qui est satisfaite de manière durable au niveau local par les forêts du Rwanda est estimée à 42 %5). Outre l'impact connu de la dégradation des forêts sur le changement climatique, elle provoque également une grave érosion qui pourrait avoir des conséquences dramatiques sur la sécurité des personnes et la production alimentaire dans un pays aussi densément peuplé et sujet aux glissements de terrain que le Rwanda.

La dégradation des forêts peut contraindre des communautés à être déplacées de leurs terres et affecter leur droit à la sécurité alimentaire et à la nutrition, ainsi que leur droit à l'accès à l'eau. Dans le même temps, les émissions provenant de systèmes de cuisson inefficaces affectent non seulement le climat mais aussi la santé des utilisateurs, principalement les femmes qui effectuent des tâches de cuisine et les enfants à proximité, car ce sont eux qui sont les plus exposés à la fumée des cuisinières : près de 6 % de toutes les maladies au Rwanda sont directement liées à la pollution de l'air intérieur (PIA), ce qui place le pays parmi les 20 pays les plus touchés au monde.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
5,000,000.00 €

Objectifs spécifiques

Les objectifs spécifiques de l'action sont (i) d'augmenter l'utilisation de la cuisine améliorée / propre par la population du Rwanda et (ii) de réduire la consommation de biomasse pour la cuisine.




Produits

Résultat 1 : Les capacités et la sensibilisation des ménages et des entreprises sont améliorées en vue d'accroître la production et la diffusion d'appareils de cuisson efficaces

Résultat 2 : des méthodes de carbonisation plus efficaces et des combustibles de biomasse plus propres sont introduits et des mesures de traçabilité de la production de charbon de bois sont encouragées




Activités

Résultat 1 : Les capacités et la sensibilisation des ménages et des entreprises sont améliorées en vue d'accroître la production et la diffusion d'appareils de cuisson efficaces

Les principales activités envisagées sont les suivantes :

  • Identifier les technologies ou modèles commerciaux potentiels à haut rendement énergétique (fabriqués localement ou importés). Soutenir les échanges avec les programmes et les approches utilisés avec succès dans la région et au-delà et encourager le transfert de technologies par le biais de jumelages et de partenariats avec les acteurs locaux pour les produits ayant un potentiel de réussite identifié au Rwanda ;
  • Identifier et soutenir (soit par une assistance technique, soit financièrement par un mécanisme de financement basé sur les résultats ne faussant pas le marché) les producteurs locaux afin de diversifier et d'augmenter leur production, y compris au-delà de Kigali, de sorte que l'accès au SCI soit effectif dans tout le pays ;
  • Soutenir l'installation d'un système de surveillance du marché pour la production et l'importation de fourneaux au Rwanda permettant une identification claire et facile de la qualité des systèmes disponibles et de leur adéquation aux besoins spécifiques de la cuisine locale ;
  • Soutenir la mise en place de canaux de distribution (intégrés ou non avec les producteurs) pour aider à la diffusion des cuisinières dans tout le pays. Concevoir et réaliser une campagne de relations publiques et de sensibilisation à plusieurs niveaux sur les avantages des technologies de cuisson plus propres et efficaces ;
  • Soutenir la mise en place de systèmes de microfinancement par le biais de lignes de crédit (financées par la Banque nationale de développement -BRD-, le gouvernement ou les partenaires de développement) avec les institutions financières pour faciliter l'accès des ménages au financement et pour soutenir l'accès des PME aux prêts commerciaux.
  • Développer des programmes d'incitation du marché pour stimuler la production et la distribution de cuisinières. Des incitations de financement basé sur les résultats (les résultats en termes de diffusion de la technologie obtenus par les PME seront suivis par le projet et un financement de récompense sera alloué en conséquence) seront expérimentées pour une durée limitée et des produits afin d'accélérer la transformation du marché et de récompenser les acteurs performants sans gâcher le marché. Une autre piste vise à revitaliser le marché du carbone pour les programmes de SCI au Rwanda afin de créer potentiellement des flux de revenus indépendants des donateurs pour les SCI.
  • Soutenir les capacités de connaissances locales favorisant la participation des femmes en matière de normes, de certification et d'assurance qualité des cuisinières améliorées par une assistance technique, des ateliers, des séminaires et des équipements, etc.
  • Le projet sera volontairement neutre sur le plan technologique, ce qui signifie qu'il sera ouvert à tous les types de technologies de fourneaux qui sont en accord avec les priorités déterminées au niveau national pour les performances de l'ICS. Le principe est de choisir une gamme de modèles le long de l'échelle des niveaux pour leur adéquation au marché local et leur potentiel d'adoption et de concentrer le soutien sur ces modèles. Ainsi, le programme sera en mesure de soutenir des modèles adaptés à chaque catégorie de population socio-économique en tenant compte des groupes vivant dans des situations vulnérables. Les modèles qui sont ou peuvent être produits localement et les technologies importées seront pris en considération s'ils démontrent leur potentiel pour le marché local et leur capacité à maintenir un approvisionnement constant. Les capacités d'évaluation et de test des poêles existants ou importés sur le marché suivant les systèmes de certification internationaux seront renforcées. Les critères de sélection des technologies qui seront prises en considération sont une combinaison entre la meilleure efficacité possible, le caractère abordable, l'acceptation sociale, les besoins de cuisine locale, la possibilité de production locale.

Résultat 2 : des méthodes de carbonisation plus efficaces et des combustibles de biomasse plus propres sont introduits et des mesures de traçabilité de la production de charbon de bois sont encouragées

Pour avoir un réel impact sur le système énergétique de cuisson (CES), réduire le gaspillage de combustible et limiter la perte de forêts, un certain nombre d'activités seront également mises en place du côté de l'offre de combustible pour proposer des réponses concrètes à la demande toujours croissante de biomasse et en particulier de charbon de bois. Ce travail sera d'abord directement en ligne avec deux actions d'atténuation des CDN, à savoir "Promouvoir l'utilisation écologiquement durable des combustibles issus de la biomasse" dans le secteur énergétique et "Mandater l'octroi de licences pour les techniques de production durable de charbon de bois" dans le secteur forestier. Deuxièmement, il sera conforme à la cinquième mesure du plan de mise en Å“uvre des CDN (biomasse renouvelable), et toutes ces actions porteront principalement sur la création d'une chaîne de valeur durable du charbon de bois afin de réduire les pertes dans la production de charbon de bois. Ce travail sera également effectué en partenariat avec d'autres programmes travaillant dans le domaine de la gestion des forêts et de la carbonisation.

Les activités envisagées sont les suivantes :

  • Introduire et promouvoir des méthodes de carbonisation efficaces et accessibles afin d'améliorer l'efficacité de la production et la qualité du charbon de bois, y compris en promouvant des mesures de traçabilité de la production de charbon de bois ;
  • Introduire un combustible de biomasse plus efficace (pellets, briquettes, copeaux de bois, etc.) en utilisant des déchets agricoles produits localement ou des sous-produits de transformation (tiges et cosses de cultures, pelures de bananes, sciure de bois, etc.) ainsi que des techniques de préparation de combustible de biomasse plus efficaces (séchage, conditionnement) pour améliorer l'efficacité.