Gouvernance climatique et gestion durable et décentralisée des forêts au Burkina Faso

Duration
2013-01-01 to 2018-12-31
Status
Completed programmes
Région
Afrique
Pays
Burkina Faso
Total budget
22,00 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)
Countries

Le Burkina Faso, pays du Sahel, possède peu de ressources naturelles et connaît un climat caractérisé (en particulier dans le nord) par des précipitations insuffisantes et irrégulières.  De ce fait, le pays est sujet à des sécheresses, mais aussi à des inondations catastrophiques.  Des pressions humaines de divers types contribuent à la dégradation des terres et au stress hydrique; la variabilité et le changement climatiques s'ajoutent à ces pressions. L'économie dépend fortement de l'agriculture, un secteur particulièrement sensible aux conditions climatiques. Reposant en grande partie sur la collecte de bois-énergie, le système énergétique du pays n'est pas durable et entraîne la dégradation des forêts, la déforestation et des émissions de gaz à effet de serre.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
8,000,000.00 €

Overall objective

Promouvoir une trajectoire de développement durable qui soutienne la réduction de la pauvreté, une meilleure résilience aux effets du changement climatique et une réduction des émissions de gaz à effet de serre dues à la déforestation et la dégradation des espaces boisés.




Objectifs spécifiques

Objectifs spécifiques:

  • Soutenir la gouvernance nationale en matière de changement climatique, en particulier par le biais de l’élaboration d’une stratégie nationale REDD+ qui soit transcrite dans les cadres institutionnels et législatifs de divers secteurs et donne lieu à des investissements concrets dans les zones ciblées.
  • Améliorer l’aménagement du territoire et les activités économiques liées aux ressources forestières et des terres boisées.
  • Établir des principes, de bonnes pratiques et des structures de gestion des connaissances en vue de la gestion durable des ressources naturelles.

Ces objectifs seront réalisés par le biais d’une contribution de l’AMCC au Projet de gestion décentralisée des forêts et des espaces boisés (PGDFEB), géré par la Banque mondiale dans le cadre plus large du Programme d’investissement forestier, l’un des trois programmes du Fonds stratégique sur le climat mis en place par les banques multilatérales de développement.




Produits

Le changement climatique et REDD+ sont intégrés dans les cadres et stratégies sectoriels.

Cette composante du projet soutiendra l’adoption d’une stratégie REDD+ qui intègre l’adaptation et l’atténuation du changement climatique dans les cadres, politiques, activités et investissements sectoriels, sur la base d’un processus informatif, consultatif et soucieux de l’égalité des sexes. Elle sera axée sur l’amélioration de la gouvernance en matière de changement climatique et la préparation du pays à la participation à REDD+, en accord avec l’approche définie dans la Proposition de préparation à REDD+ (R-PP) soumise par le Burkina Faso au Fonds de partenariat pour la réduction des émissions de carbone forestier (FPCF) en juillet 2013.

La planification et la gestion participative des forêts et espaces boisés est améliorée.

Les moteurs de la déforestation et de la dégradation des espaces boisés seront directement ciblés en concentrant les efforts sur des activités qui réduisent la pression sur ces espaces dans 26 communes rurales ainsi que six communes urbaines situées en dehors des forêts classées visées. Des ressources seront allouées à la gestion, la protection et la réhabilitation des terres boisées et des ressources forestières ligneuses et non-ligneuses, à la gestion de la faune sauvage, à l’agroforesterie, au développement de moyens de subsistance alternatifs, et au soutien aux petites et moyennes entreprises.

La coordination et l’information sont améliorées, et les connaissances sont partagées.

Cette composante fournira des ressources pour appuyer la mise en Å“uvre de REDD+, du PIF et d’interventions liées au changement climatique au niveau des programmes et des projets.  Les ressources allouées soutiendront l’intégration des initiatives nationales et de celles prises sous forme de projets, l’intégration des connaissances et des enseignements tirés dans l’élaboration de nouvelles stratégies, ainsi que la diffusion des enseignements tirés aux niveaux international, national, infranational et local.

 



Achievements to date
Composante 1: Les travaux sont encore en cours pour atteindre les principaux produits: la stratégie national REDD+ ; l'étude SESA, les études sur les aspects légaux et institutionnels; l'audit ONEDD, la méthodologie de Monitoring REDD Readiness, l'incorporation de REDD+ dans les politiques et stratégies nationales et l'analyse Coût/bénéfices. Composante 2: Les 32 PDC (ou PDIC) restent à mettre en Å“uvre en 2018 et 2019, prévue avec l'appui externe d'ONG/firmes; reste à savoir si la même logique participative pourra être maintenue afin d'assurer l'utilité et la durabilité des investissements. Un choix méthodologique participatif intéressant est à retenir : les TerriStories (Méthode CIRAD). Composante 3: Les instruments de communication mentionnés ont été peu diffusés (4 films) et le site web (PIF-Burkina.org) ne présente à cette date qu'une information d'ordre général faite pour le grand public sur un style plus journalistique que technique. Les études et documents doivent êre mis à disposition pour pouvoir être téléchargés.