Intensification des actions d'atténuation de l'énergie solaire et de la biomasse dans le cadre de la contribution nationale ghanéenne (NDC)

Duration
2018-01-01 to 2022-01-01
Status
Active programmes
Pays
Ghana
Total budget
5,00 M€
GCCA priority area(s)

Le Ghana cherche à poursuivre le développement économique et à réaliser la vision de l'Agenda 2030 sans créer de charges supplémentaires sur les ressources naturelles, préservant ainsi les écosystèmes qui sont essentiels au maintien de la qualité de vie et à la fourniture de services environnementaux à la société.

En 2010, le gouvernement a publié "Ghana Goes for Green Growth : National Engagement on Climate Change ". Elle a ouvert la voie à l'adoption de la Loi sur les énergies renouvelables de 2011 et de la Politique nationale sur les changements climatiques (PNCC), approuvée par le Cabinet en 2013. L'Agenda II de croissance et de développement partagés du Ghana sert de politique cadre pour la vision du PNCC : "assurer une économie résiliente au climat et compatible avec le climat tout en réalisant un développement durable grâce à une croissance économique équitable à faible émission de carbone pour le Ghana ". Le PNCC vise à promouvoir un développement à faible émission de carbone, à accroître la cohérence des politiques sur le changement climatique et à accroître l'attrait du Ghana pour le financement des stratégies d'atténuation. Ses cinq domaines prioritaires sont les suivants : agriculture et sécurité alimentaire ; préparation et réaction aux catastrophes ; gestion des ressources naturelles ; développement social équitable ; et développement énergétique, industriel et infrastructurel. La loi sur les énergies renouvelables prévoit une augmentation de la capacité de production de chaleur et d'électricité à partir d'énergies renouvelables.

Le Ghana, en tant que signataire de la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques, a soumis en septembre 2015 sa contribution nationale déterminée (INDC) en prévision du nouvel accord sur les changements climatiques conclu lors de la conférence des Nations Unies sur le climat à Paris en décembre. Le Ghana a ratifié l'Accord de Paris en août 2016. Le CND du Ghana comprend une composante sur l'atténuation et une sur l'adaptation. Les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 107 % entre 1990 et 2006, bien qu'elles ne représentent qu'environ 0,05 % des émissions mondiales. Les changements climatiques sont en train d'être intégrés dans le cadre de développement national, en particulier dans le cadre du Programme de croissance partagée et de développement II du Ghana. L'Agence de protection de l'environnement (EPA) relevant du ministère de l'Environnement, des Sciences, de la Technologie et de l'Innovation (MESTI) est responsable de la coordination des activités relatives au changement climatique.

Countries

Le changement climatique se manifeste au Ghana à travers : (i) la hausse des températures, (ii) la baisse des précipitations totales et l'augmentation de la variabilité, (iii) l'élévation du niveau de la mer et (iv) la fréquence élevée des phénomènes météorologiques extrêmes et des catastrophes. La température moyenne annuelle a augmenté de 1°C au cours des 30 dernières années. L'objectif fondamental de la Stratégie nationale d'adaptation au changement climatique 2010-2020 du Ghana (NCCAS) est d'accroître la résilience du Ghana aux impacts du changement climatique. Pour ce faire, le Ghana renforcera ses capacités en matière d'infrastructures et de connaissances pour faire face aux impacts du changement climatique et réduire la vulnérabilité dans les secteurs, écosystèmes, districts et régions clés du pays. La vulnérabilité du Ghana au changement climatique est en grande partie définie par son exposition aux divers impacts dont les principaux facteurs sont les sécheresses, les inondations et l'érosion marine. Les secteurs les plus touchés au Ghana comprennent les groupes économiques, sociaux et infrastructurels. Dans les secteurs économiques, l'agriculture qui est le plus gros employeur de l'économie ghanéenne souffre le plus du changement climatique. Le deuxième secteur important qui a de vastes répercussions sur les autres secteurs est celui de l'eau. C'est important pour l'agriculture, l'énergie, la santé, l'assainissement, la fabrication et les usages domestiques. Le changement climatique aurait un impact négatif direct et indirect sur les ressources naturelles. L'approvisionnement en électricité est actuellement vulnérable au changement climatique. Environ 67 % de la production d'électricité au pays provient de l'hydroélectricité et 33 % de la production thermique au diesel. Les secteurs de la santé et de l'assainissement ont déjà été touchés par le changement climatique et subiront d'autres pressions à l'avenir. Les impacts du changement climatique sur les infrastructures telles que les routes, les barrages, les lignes de distribution d'électricité, les maisons, les drains et toutes les structures autour desquelles la vie tourne. L'érosion côtière favorisée par l'élévation du niveau de la mer détruira une partie importante de la côte est du Ghana. Les migrations et la vulnérabilité urbaine constituent des dimensions importantes du changement climatique au Ghana.

L'accroissement de la population du Ghana, en particulier dans les centres urbains, s'est traduit par la production de grandes quantités de déchets solides. La gestion générale des déchets au Ghana est la responsabilité du nouveau ministère de l'assainissement et des ressources en eau. Toutefois, l'autorité réglementaire est confiée à l'Agence de protection de l'environnement (EPA). La Politique nationale de l'environnement (PNE) reconnaît les effets néfastes de l'élimination sans discrimination des déchets sur le développement du pays et examine la meilleure façon d'éliminer les déchets solides et liquides dans le respect de l'environnement.  Elle encourage également la gestion des déchets en vue de réduire au minimum la production et l'élimination dans les décharges et les pratiques de valorisation énergétique des déchets. La Stratégie sur la bioénergie propose i) de légiférer et de créer des mesures incitatives pour le tri et l'utilisation des déchets municipaux et industriels pour l'énergie et ii) de créer des mesures incitatives pour les résidus de coupe et de transformation du bois, les déchets municipaux et agricoles à utiliser à des fins énergétiques ; iii) d'élaborer des règlements pour une élimination efficace et effective des résidus de coupe et de transformation du bois, des résidus urbains et agricoles à utiliser à des fins énergétiques ; iv) contraindre par voie législative tous les futurs lotissements à développer un système d'égouts centralisé pour permettre la production de biogaz ; et v) contraindre par voie législative les institutions privées et publiques telles que les établissements du deuxième cycle, les établissements tertiaires, les hôpitaux, les lotissements à convertir les déchets liquides en énergie.

GCCA's action programme
Geographical scope
Initial GCCA/GCCA+ contribution
5,000,000.00 €

Objectifs spécifiques
L'objectif spécifique est de soutenir les activités d'atténuation du climat telles que décrites dans le CDN du Ghana, par le déploiement de l'énergie solaire photovoltaïque et du biogaz ainsi que par l'amélioration des installations de gestion des déchets, le renforcement des capacités des acteurs clés ainsi que la sensibilisation de la population aux défis climatiques. Cette action AMCC+ équipera au moins 20 écoles secondaires et 12 hôpitaux de quatre régions (Accra, Ashanti, régions occidentale et orientale) de panneaux solaires photovoltaïques, d'installations électriques, d'usines de biogaz et d'installations de gestion des déchets, fournissant ainsi plus de 25 000 élèves et 15 000 patients chaque année (figure 2). 50 entrepreneurs sociaux, avec une attention particulière pour les femmes, seront formés et certifiés (en s'appuyant sur le programme de certification solaire de l'ECREEE). Ils seront capables d'étendre et de reproduire les modèles d'entreprise dans d'autres écoles et hôpitaux ainsi que dans d'autres bâtiments publics et privés (restaurants, hôtels, transformation des aliments).


Produits

Résultat Composante 1 : Atténuation du changement climatique grâce à un meilleur accès aux énergies renouvelables et à la gestion des déchets

Résultat Composante 2 : Élaboration, mise à l'essai et amélioration d'un programme de renforcement des capacités tenant compte des sexospécificités pour renforcer les capacités politiques, réglementaires, institutionnelles, techniques, financières, commerciales et sociales des principales parties prenantes.  

Résultat Composante 3 : GGCA+ au Ghana information, diffusion et sensibilisation




Activités
En ce qui concerne R1 : Actions visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre en encourageant l'utilisation et la mise en Å“uvre de systèmes solaires photovoltaïques et de biogaz, l'amélioration de l'assainissement et la gestion des déchets. En ce qui concerne R2 Renforcement de la capacité des parties prenantes locales et du gouvernement ghanéen à mettre en Å“uvre et à assurer le suivi de la gestion des énergies renouvelables et des déchets et à garantir la reproductibilité des actions, conformément au CDN et dans le contexte du développement durable. Élaborer un programme de développement des capacités à long terme sensible au genre pour renforcer les capacités d'absorption et de mise en Å“uvre des partenaires publics, privés et des OSC. Par rapport à R3 : Sensibiliser le grand public à la menace des changements climatiques en tenant compte des sexospécificités et promouvoir des comportements intelligents en matière de climat. Organiser une campagne de sensibilisation du public pour faire connaître les projets solaires photovoltaïques et de biogaz et le changement climatique en général.