Prise en compte du changement climatique en République Démocratique du Congo: appui à la formation et au reboisement

Duration
2013-01-01 to 2016-12-31
Status
Completed programmes
Région
Afrique
Pays
République Démocratique du Congo
Total budget
14,00 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)
Countries
Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a amorcé sa politique sectorielle en 2002 après des années de conflit en adoptant un nouveau code forestier. Ensuite l'Agenda Prioritaire de Réforme du secteur forêt et conservation de la nature a permis de prendre en compte la forêt comme un bien public et de fixer les principes de base d'une gestion durable, d'une réhabilitation des aires protégées existantes et de l'extension de ce réseau. Sans précédent en Afrique, près de 25 millions d'hectares de concessions défaillantes ont été résiliés ; un moratoire sur l'octroi de nouvelles concessions forestières instauré et la revue légale des titres forestiers restants vient de s'achever. Le DSCRP2 et son pilier 4 " Protéger l'environnement et lutter contre le changement climatique " représente une prise en compte tangible par le Gouvernement de la RDC des liens entre environnement et climat. Il s'agit de s'adapter aux changements climatiques et d'en atténuer les effets. Le renforcement des capacités et le boisement/reboisement sont deux des priorités définies en ce sens. La RDC s'est engagée en janvier 2009, par son " Readiness Preparation Proposal " (R-PP), dans un processus de préparation au futur dispositif international de Réduction des Émissions liées à la Déforestation et à la Dégradation des forêts (REDD+), dirigé par le MECNT, en partenariat avec le programme des Nations-Unies pour la REDD (UN-REDD) et la Banque Mondiale (programme FCPF). Élaboré dans un cadre largement participatif, le R-PP a été approuvé en mars 2010. La société civile congolaise s'organise pour accompagner le processus.
GCCA's action programme
Geographical scope
Initial GCCA/GCCA+ contribution
14,000,000.00 €

Overall objective

Appuyer la République démocratique du Congo (RDC) dans la mise en œuvre de sa politique pour contrer les effets du changement climatique, par un renforcement de son programme de réduction des émissions et d’augmentation des stocks de carbone.




Objectifs spécifiques
Les objectifs spécifiques sont : i) la mise en œuvre de programmes de formation à plusieurs niveaux aux thématiques d'adaptation et d'atténuation et ii) la réalisation d'un programme de plantations agro-forestières et de restauration/gestion des forêts dégradées à l'Est de la RDC.


Produits

Résultat attendu 1: Les ressources humaines sont mieux formées et plus efficaces dans les thématiques liées à l'adaptation et à l'atténuation

Résultat attendu 2: Des plantations agro forestières et des écosystèmes forestiers restaurés et gérés fournissent du bois énergie et des revenus aux populations, augmentent les stocks de carbone et réduisent la pression sur les forêts protégées à l'Est de la RDC




Activités

Activités liées au Résultat 1:

  • Définition de programmes de formation courtes dans toutes les thématiques liées à l'adaptation et à l'atténuation et notamment les politiques forestières, la gestion des forêts, les méthodologies d'analyse des stocks de carbone, le "monitoring, reporting and verification" ;
  • Adaptation de ces formations aux différents publics cibles (agents de l'état, politiques, media, société civile ;
  • Poursuite des formations diplomantes et des activités de recherche initiées sur les fonds du 10ème FED et par d'autres donateurs ;
  • Renforcement des collaborations et des synergies avec les réseaux de formation et recherche intra régionaux et internationaux ;
  • Equipement et réhabilitation de certaines infrastructures de formation;

Activités liées au Résultat 2:

  • Études d'impacts sociaux et environnementaux ;
  • Études d'accompagnement nécessaires (plan d'aménagements, études fonciers, planification…);
  • Définition des zones prioritaires et des accords avec les pouvoirs publics, notamment les entités décentralisés et les autorités coutumières ;
  • Définition, mise en place et suivi au niveau des communautés locales des plans simples de gestion des forêts naturelles orientés vers la production de bois énergie ;
  • Appui à l'installation et à la gestion de plantations pour le bois énergie réalisées plus particulièrement par les petits planteurs privés et les villageois ;
  • Appui à l'installation et à la gestion de plantations bois énergie avec le secteur privé pour l'établissement de plantations privées commerciales ; - Les études et recherches sur les perspectives financières offertes au niveau international (déforestation évitée, mécanismes REDD, CDM…); - Les programmes de communication sociale d'éducation et de sensibilisation.


Réalisations jusqu’à present

Le Projet FCCC a réalisé ses activités dans la période d'exécution initiale et selon le budget initial. D'une part, les formations de troisième cycle (MSc et PhD) répondaient à un besoin très important exprimé par le partenaire congolais et la communauté internationale. D'autre part, les plantations réalisées avec l'aide des partenaires du CIFOR couvrent plus de 4 600 ha ce qui représentera approximativement une fixation de carbone de l'ordre de 1,4 million de tonnes de CO2. En soulageant la pression sur les formations naturelles du parc National des Virunga et en contribuant substantiellement à l'approvisionnement des grosses villes du Nord Kivu, ces plantations contribuent fortement au maintien des écosystème, de la biodiversité et fournissent des centaines d'emplois en milieu rural.

La durabilité des impacts est sans doute le point fort du Projet FCCC. A titre d'exemple:

  • la conception et la création d'infrastructures intelligentes, avec une empreinte carbone limitée dans la construction et dans son utilisation (bâtiment quasi passif) inscrivent des impacts positifs pour les futures décennies.
  • La formation de docteurs qui sont devenus professeurs dans leurs institutions universitaires d'origine, et de cadre de niveau master qui œuvrent soit dans la société civile, le secteur privé, l'administration ou dans les institutions de formation et de recherche, tous contribuent à une meilleure gestion des forêts, de l'environnement et du capital climatique du plus gros pays forestier d'Afrique.
  • Les plantations dans la province très peuplée du Nord Kivu sont établies avec les populations rurales et dans des zones sécurisées. Ces plantations fourniront des avantages aux bénéficiaires ruraux et urbains pendant les décennies à venir.


Défis et enseignement tirés

Le Projet FCCC est un succès mais le CIFOR et ses partenaires sont conscients des possibles améliorations. C'est la raison pour laquelle les équipes se sont employées à garder un esprit critique en cherchant constamment à améliorer les performances tout en préservant au mieux les relations et les divergences d'intérêts des parties prenantes. Un corpus assez exhaustif de leçons a été développé. Ces leçons servent les parties prenantes engagées dans d'autres actions similaires, financées par l'Union Européenne et par d'autres bailleurs de fonds en RDC.

Au final, il est important de rappeler que les impacts du projet FCCC améliorent directement les conditions de vie, d'étude, de recherche et de développement de plusieurs dizaines de milliers de congolais répartis dans trois provinces.