Programme d’aide à la lutte contre le changement climatique aux Seychelles

Duration
2010-02-01 to 2014-05-01
Status
Completed programmes
Région
Afrique
Pays
Seychelles
Total budget
2,00 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)
Countries

La stratégie des Seychelles sur le changement climatique (SCCS) a été formulée en 2009 pour prévenir et réduire les impacts potentiels du changement climatique sur le développement du pays. La SCCS s'articule autour des conclusions de la deuxième communication nationale des Seychelles à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Le SCCS a défini des lignes directrices préliminaires pour l'intégration du changement climatique dans le développement durable sous la forme d'un programme national intersectoriel traitant des questions de politique, d'institutions, de renforcement des capacités, de participation de la société civile et d'un plan d'action quinquennal. Toutefois, il manque un budget opérationnel détaillé ventilant le coût du plan de mise en Å“uvre et un chronogramme séquentiel allouant les ressources en conséquence dans un cadre de dépenses à moyen terme.

La stratégie de développement durable des Seychelles (SSDS) 2012-20 est un autre cadre politique important et plus récent qui couvre également le secteur du changement climatique (son principal chapitre en termes financiers). Après le précédent plan de gestion environnementale des Seychelles (EMPS) [2000-10], la SSDS 2012-20 est l'instrument national qui fixe les priorités de mise en Å“uvre du développement durable conformément à l'Agenda 21. L'une des principales limites de la SSDS est une faible intégration avec d'autres programmes économiques et sectoriels en cours de mise en Å“uvre, et un manque de chronogramme séquentiel avec des objectifs stratégiques intermédiaires et des étapes à moyen terme.

Depuis la restructuration du MEECC et l'approbation de la SSDS en 2011, il est prévu que les compétences concernant la coordination de la SSDS relèvent de la Division du développement durable des Seychelles (SSDD), et un Comité intersectoriel du développement durable (SDISC) devrait servir de véhicule pour des consultations plus larges et des échanges d'informations et de vues sur le développement et la mise en Å“uvre durables.  Toutefois, ces organes ne sont pas encore opérationnels.

Les contraintes de capacité pour le suivi et la coordination du secteur sont une contrainte majeure qui n'a pas encore reçu l'attention nécessaire et qui doit être renforcée afin que les structures deviennent pleinement opérationnelles et que les stratégies nationales soient mises en Å“uvre efficacement. La répartition des rôles et des fonctions entre le CNCC et le CSIDD en ce qui concerne le changement climatique devra également être examinée.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
2,000,000.00 €

Overall objective

Améliorer la durabilité des réformes entreprises par les Seychelles en matière économique et de développement, en encourageant des politiques d’atténuation du changement climatique et en développant la résilience de l’économie et de la société dans son ensemble en vue de l’adaptation au changement climatique.




Objectifs spécifiques

L'objectif spécifique du projet est de contribuer à la mise en Å“uvre de la stratégie des Seychelles sur le changement climatique, en renforçant le cadre politique du secteur du changement climatique et en soutenant l'adaptation au changement climatique dans les zones côtières.




Produits

Les résultats attendus du projet seront alignés sur deux composantes principales :

Composante A : renforcement du cadre politique du secteur du changement climatique.
Composante B : soutenir l'adaptation au changement climatique dans les zones côtières




Activités

Composante A - renforcer le cadre politique sectoriel du changement climatique

La composante A du projet visera à a) améliorer l'harmonisation des politiques en matière de changement climatique et l'intégration du changement climatique dans les stratégies sectorielles, b) renforcer la capacité de gouvernance du secteur, y compris la coordination et le suivi, c) créer un cadre budgétaire pour améliorer la préparation au financement climatique, d) renforcer les ressources humaines et la capacité institutionnelle du secteur, en particulier au niveau des pays à économie en transition, de manière à renforcer et à accélérer la mise en Å“uvre de la politique et de la stratégie en matière de changement climatique et à améliorer la capacité d'absorption du pays en matière de financement climatique.

 

Composante B - soutenir l'adaptation au changement climatique dans les zones côtières vulnérables

Cette composante soutiendra la mise en Å“uvre de l'adaptation au changement climatique dans les zones côtières, qui est une préoccupation prioritaire pour le gouvernement des Seychelles. Pour répondre aux impacts du changement climatique en termes d'érosion côtière et d'inondations dans les zones vulnérables, elle a lancé des études et des travaux correctifs d'urgence sur les zones affectées de la côte ouest de Mahé et de La Digue, ainsi que des approches d'adaptation telles que l'adaptation basée sur les écosystèmes (EBA).

Le gouvernement soutient l'application de la méthodologie EBA à l'île de La Digue, qui a été fortement inondée à deux reprises en 2013 et qui connaît une érosion côtière, similaire à l'approche et à la portée développées dans le cadre de la composante 2 du projet EBA du PNUD. Des méthodes TSA rentables seront appliquées dans le cadre des activités du projet, en combinaison avec diverses technologies d'ingénierie pour traiter les problèmes et les possibilités spécifiques au site et améliorer la résilience au changement climatique en cas d'inondation côtière.



Achievements to date

Les activités du projet sont sur le point de démarrer au cours du premier semestre 2017 pour le volet A, une fois que l'AT sera en place pour ce volet.

Pour la Composante B, les activités ont commencé début 2016 après la signature du PAGODA avec le PNUD



Challenges and lessons learned

Sur la base de ce qui précède, les domaines suivants doivent être abordés :

  • Il convient d'harmoniser la FSCC et la SSDS et de revoir le plan d'action pour le secteur du changement climatique. Les structures de pilotage des FSCC et des SSDS devraient être rationalisées pour assurer une efficacité maximale,
  • Une cartographie détaillée des principales parties prenantes et une évaluation des besoins en capacités doivent être réalisées pour préparer et mettre en Å“uvre un programme de renforcement des capacités,
  • L'accent doit être mis sur les sous-secteurs clés pour apporter une valeur ajoutée (gestion intégrée des côtes, réduction des risques de catastrophes, etc,)
  • Un scénario de financement du climat devrait être élaboré par la formulation d'un budget financier sectoriel pour comprendre les dépenses publiques et les investissements publics à moyen terme,
  • Le mécanisme de suivi et d'évaluation devrait être renforcé afin de mesurer les progrès réalisés grâce à un ensemble commun d'indicateurs pour le suivi et l'évaluation des actions de la SCCS/SSDS en matière de changement climatique.