Programme d’aide à la lutte contre le changement climatique aux Seychelles

Programme d’aide à la lutte contre le changement climatique aux Seychelles

Duration
to
Status
Completed programmes
Région
Afrique
Pays
Seychelles
Pays impliqués
1
Total budget
2,00 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)
Effets du changement climatique sur la région

Aux Seychelles, les effets probables du changement climatique incluent notamment l'augmentation des inondations et de l'érosion en raison de l'élévation du niveau de la mer, et l'intensification des tempêtes tropicales et des cyclones. La hausse de la température de la surface de la mer et l’acidification de l'océan menacent les systèmes de récifs coralliens, qui forment une barrière protectrice naturelle pour les plateaux côtiers – où vit 90% de la population. Ces récifs coralliens constituent également un attrait touristique majeur et sont un atout essentiel pour la pêche et la conservation de la biodiversité. L'économie et la population pourraient aussi souffrir de pénuries d'eau en raison de moussons de sud-est moins abondantes, et d’un risque accru de maladies sensibles au climat durant la période des moussons de nord-ouest (qui deviendrait plus humide).

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
2,000,000.00 €
Specific objectives

Soutenir les politiques de développement durable et la mise en œuvre des domaines prioritaires de la Stratégie nationale de réponse au changement climatique des Seychelles (SNCSS), qui vise à « minimiser les effets du changement climatique grâce à une action concertée et proactive à tous les niveaux de la société », dans un effort de coordination avec les autres donateurs.

Les priorités de la SNCCS consistent notamment à renforcer la connaissance nationale des impacts et risques du changement climatique et à mettre en place des mesures pour s'y adapter. Les aspects liés au changement climatique doivent être intégrés dans les politiques, stratégies et plans nationaux. La stratégie vise aussi à atteindre une sécurité énergétique durable et à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Plus particulièrement dans le secteur de l'énergie, le programme soutient la création d'un cadre institutionnel et juridique apte à promouvoir les énergies renouvelables, l'efficacité énergétique, l'innovation et l'accès aux transferts de technologies. De plus, les possibilités de participation au Mécanisme de développement propre (MDP) et à d'autres mécanismes de financement carbone seront renforcées.

Key achievements
  • La Stratégie nationale de réponse au changement climatique a été adoptée en décembre 2009 et est mise en œuvre sous la direction et le contrôle du Comité national du changement climatique.
  • La politique nationale en matière d'énergie a été adoptée en septembre 2010, et la loi sur l'énergie a été votée en décembre 2012.
  • La Stratégie de développement durable des Seychelles, dont le changement climatique forme un volet important, a été adoptée en décembre 2011.

Faisant suite à une évaluation favorable des progrès accomplis dans le cadre du programme, la première et la deuxième tranche d’appui budgétaire ont été décaissées dans leur totalité en décembre 2010 et juillet 2012.

Main activities per result

Le changement climatique fait l’objet d’une intégration effective dans les politiques nationales de développement et les stratégies et plans d'action sectoriels clés. Le secteur de l'énergie se voit doté d'un cadre institutionnel et juridique robuste qui intègre le Mécanisme de développement propre et permet l'investissement dans les énergies renouvelables et l'amélioration de l'efficacité énergétique.

Les activités du programme sont centrées sur la réalisation des principaux objectifs fixés dans la convention d'appui budgétaire :

  • Pour 2010, la SNCCS est en place et la politique énergétique du pays est formulée.
  • Pour 2011, la SNCCS est mise en œuvre, le changement climatique est intégré dans au moins trois secteurs clés de la Stratégie de développement durable des Seychelles (SSDS) 2011-2020, et la loi sur l'énergie des Seychelles est rédigée de manière à permettre la mise en œuvre de projets dans le cadre du MDP.
  • Pour 2012, le changement climatique est intégré dans tous les secteurs clés de la SSDS 2011-2020. En outre, la loi sur l'aménagement du territoire urbain et rural et la loi sur la protection de l'environnement sont remaniées pour être mises en cohérence avec la SNCCS, et la loi sur l'énergie des Seychelles est entrée en vigueur.
Challenges and leçons apprises (selection)
  • L'appui budgétaire s'est avéré être un instrument efficace pour stimuler l'agenda de réformes du gouvernement en matière d'énergie et d'intégration du changement climatique dans le développement durable, ainsi que pour renforcer l'appropriation du programme. La réussite s'explique aussi par un appui politique fort, ce qui est un facteur clé.
  • Une assistance technique institutionnelle de haut niveau et un renforcement ciblé des capacités auraient été utiles compte tenu de la complexité du cadre institutionnel du pays, du manque de coordination ainsi que des capacités limitées en personnel et en matière de gestion. La fourniture d’une telle assistance n'a pas été possible, compte tenu du financement à 100% par l’appui budgétaire.
  • L’appui budgétaire a donné au gouvernement les moyens financiers de mettre en œuvre un certain nombre d’activités liées au changement climatique; cependant, il a limité la possibilité d’y impliquer des ONG. Il faudrait examiner les moyens d’améliorer la participation des ONG dans le contexte de l’appui budgétaire.
  • Adoption de la Loi sur l'énergie des Seychelles en décembre 2012.
  • Approbation d’un amendement au Projet de loi sur l'énergie, en novembre 2013.
  • La direction opérationnelle et le mécanisme de suivi de la mise en œuvre de la Stratégie concernant le Développement Durable (SSDS) sont en place et opérationnels depuis mai 2014.
  • Révision de la Loi sur la protection de l'environnement approuvée en octobre 2013.
  • Nouvelle Loi sur l'aménagement du territoire, approuvée en janvier 2014.
  • Le cadre d'évaluation des performances de la Stratégie concernant les Changements Climatiques (SNCCS) a été élaboré en 2014.
Way forward (selected)
La première phase d’appui est désormais clôturée, et les enseignements tirés ont été intégrés dans un autre projet de l’AMCC +, qui devrait commencer en 2015 avec un montant de 3 Millions EUR.
Le nouveau projet comprend un volet de renforcement des capacités pour appuyer la politique sectorielle concernant les changements climatiques et une composante de terrain visant la mise en œuvre de mesures d'adaptation et de protection côtière.
La future composante 1 intègrera toutes les leçons apprises durant la première phase, et une assistance technique et des activités de formation viseront:
  1. l'harmonisation des politiques concernées par les effets du changement climatique, et l'intégration du changement climatique dans les stratégies sectorielles,
  2. le renforcement des capacités de gouvernance dans le domaine, y compris la coordination et la surveillance,
  3. la création d'un cadre budgétaire pour améliorer la préparation du système aux finances climatiques,
  4. le renforcement de capacités humaines et institutionnelles, en particulier au niveau du Ministère de l’Environnement et de l’Energie, pour renforcer et accélérer la mise en œuvre de la politique et de la stratégie sur le Changement Climatique et améliorer la capacité d'absorption de financements climatiques.
Le futur programme d’appui comprend également la promotion de la coordination des bailleurs de fonds sur le changement climatique et de l'énergie sous la direction du gouvernement, ce qui devrait accroître la complémentarité entre les principaux donateurs et bailleurs : UE, BEI, AFD... et avec les programmes régionaux de la Commission de l’Océan Indien.