Renforcement des capacités pour la participation à REDD+ en Sierra Leone

Duration
2012-05-01 to 2017-05-17
Status
Active programmes
Région
Afrique
Pays
Sierra Leone
Total budget
5,00 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)

La Sierra Leone fait partie des pays de la forêt tropicale humide et fait partie de l'écosystème forestier de Haute Guinée qui s'étend de la Guinée au Togo. Actuellement, un grand nombre de Sierra-Léonais vivent sous le seuil de pauvreté. La stratégie de développement du pays a identifié les ressources naturelles comme le plus grand potentiel pour aider au développement du pays. Les facteurs de déforestation et de dégradation tels que l'exploitation forestière illégale, les activités minières, la collecte de bois de chauffage et de charbon de bois pour l'approvisionnement en énergie, l'extension des pratiques agricoles de culture itinérante et l'augmentation prévue de l'agriculture commerciale pour la bioénergie, les plantations de canne à sucre et d'huile de palme sont les principales menaces pour les zones forestières restantes du pays. C'est pourquoi le programme de financement climatique basé sur la performance, comme l'initiative REDD+, offre une opportunité pour la Sierra Leone de bénéficier financièrement de ses forêts sans les dégrader.

Countries

L'objectif du projet est de contribuer à l'établissement d'un développement à faible émission de carbone et favorable aux pauvres en Sierra Leone, tout en améliorant le degré de protection de l'environnement et en maximisant les avantages offerts par les services environnementaux. REDD+ offre des opportunités intéressantes pour contribuer à cet objectif général, car il permet de protéger les ressources forestières du pays tout en générant des revenus à partir des ressources en carbone, qui peuvent être utilisés pour promouvoir le développement et réduire les niveaux de pauvreté. Afin de bénéficier d'un tel mécanisme, la Sierra Leone doit être prête pour le REDD+, ce qui implique la production de données de base sur les ressources forestières et la dynamique de la déforestation, le renforcement institutionnel, l'adaptation du cadre politique et réglementaire, la mise en place de mécanismes de parties prenantes, etc. Ce projet renforcera la Division des forêts et le NPAA afin de préparer le pays aux mécanismes REDD+ et de promouvoir les initiatives à faible intensité de carbone.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
5,000,000.00 €

Overall objective

Contribuer à la mise en place d’un développement sobre en carbone et favorable aux pauvres tout en améliorant le niveau de protection de l’environnement et en maximisant les avantages obtenus des services environnementaux.

La REDD+ offre d'intéressantes possibilités de contribuer à cet objectif général car elle permet au pays de protéger ses ressources forestières tout en tirant des revenus des ressources en carbone, lesquels peuvent servir à promouvoir le développement et à réduire la pauvreté.




Objectifs spécifiques

Le but est de générer les conditions institutionnelles, techniques et sociales de base et l'expérience pour une bonne gouvernance forestière, de bénéficier des initiatives REDD+ selon une approche pro-pauvres et pour le développement des énergies renouvelables.




Produits
  1. La division des forêts du ministère de l'agriculture, des forêts et de la sécurité alimentaire est renforcée afin d'assumer pleinement son rôle dans la protection et la gestion des ressources forestières.
  2. La préparation de base à la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+) est achevée pour la Sierra Leone.
  3. Le niveau de sensibilisation au changement climatique et à ses liens avec la dégradation de l'environnement et le développement a considérablement augmenté, en particulier chez les femmes et les enfants.
  4. La production durable de charbon de bois fait l'objet d'un projet pilote, qui montre son potentiel pour réduire la pression sur les forêts.



Activités
  • Fourniture d'une expertise technique, d'un renforcement des capacités et d'un soutien logistique à la division forestière (niveau central et décentralisé)
  • Élaboration d'un inventaire des forêts et du carbone, d'un système de surveillance, de déclaration et de vérification des réductions des émissions de carbone et d'une évaluation du coût d'opportunité pour la conversion des zones forestières en tenant compte des services environnementaux et de la valeur intrinsèque de la biodiversité.
  • Contribuer à l'élaboration d'une politique nationale REDD+.
  • Soutien à l'Autorité nationale des zones protégées (NPAA).
  • Accroître le niveau de sensibilisation au changement climatique, en particulier chez les femmes et les enfants
  • Pilotage d'initiatives de production durable de charbon de bois
  • Communication et visibilité


Réalisations jusqu’à present
  • L'Autorité nationale des zones protégées (NPAA) a été officiellement lancée le 28 janvier 2015.
  • La formation de la division forestière et de 20 membres du personnel de la NPAA a été réalisée.
  • Le personnel de la Division des forêts et du NPAA (directeur exécutif et directeur général des zones protégées) a participé à des forums internationaux clés (par exemple, Carbon Expo) :
  • Campagne de sensibilisation nationale et infranationale
  • Réunion du comité de pilotage du projet organisée chaque année.
  • Groupe de travail multipartite (MSWG) lancé en février 2016
  • Inventaire du carbone : inventaire dans la première zone pilote (Western Area Peninsula NP) achevé par les 18 techniciens du NPAA ; inventaire du carbone dans la deuxième zone pilote (Kangari Hills) ; sélection des parcelles de carbone à inventorier dans les 2 zones pilotes ;
  • Achat d'images satellites pour l'ensemble du pays de la SL et cartographie des facteurs de déforestation elaborée ;
  • Elaboration de la base de données d'inventaire du carbone et l'estimation de la biomasse pour la zone pilote (Western Area Peninsula NP) ;
  • Initiative pilote sur le charbon de bois : 15 ha d'acacias et d'eucalyptus plantés dans le district de Port Loko et entretenus par les agriculteurs locaux ; activités supplémentaires gérées par le responsable du développement rural du district, telles que le développement de pépinières, la parcelle d'essai avec culture intercalaire d'acacias et d'eucalyptus avec du manioc


Défis et enseignement tirés
  • Le faible niveau de capacité des partenaires de mise en œuvre (MAFFS & NPAA) a entraîné des retards importants dans la mise en œuvre et la préparation de l'estimation du programme et la présentation des rapports. En raison de la règle du J+3, la poursuite du projet a été assurée par l'approbation par l'EUD d'un contrat de subvention du MAFFS (autorité contractante) au NPAA (bénéficiaire) en mai 2015.
  • L'assistance technique aurait idéalement accompagné la mise en œuvre du projet à partir de mai 2014.
  • La crise de l'épidémie du virus Ebola a affecté la mise en œuvre du projet, en particulier d'août à décembre 2014, car certaines activités prévues n'ont pas été réalisées (par exemple, la création de groupes de parties prenantes multiples, la sensibilisation des écoles).
  • En raison de retards imprévus dans la mise en œuvre du projet (passation tardive du contrat TAT, épidémie de virus Ebola), un récent rapport ROM a suggéré de réorienter les résultats attendus vers les résultats 1 et 2.