Renforcer la résilience du Belize en vue de l'adaptation aux effets du changement climatique

Duration
2012-07-01 to 2014-11-01
Status
Completed programmes
Région
Caraïbes
Pays
Belize
Total budget
3,20 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)
Countries

"Le développement n'est pas durable s'il porte atteinte à l'environnement, à la biodiversité et aux ressources naturelles, et s'il accroît l'exposition et la vulnérabilité aux catastrophes naturelles. La politique de développement de l'UE devrait promouvoir une économie verte capable de générer de la croissance, de créer des emplois et de contribuer à réduire la pauvreté en valorisant le capital naturel et en y investissant, notamment pour soutenir les débouchés commerciaux des technologies plus propres, l'efficacité énergétique et des ressources, le développement local tout en stimulant l'innovation, l'utilisation des TIC et la réduction de l'utilisation non durable des ressources naturelles. Elle devrait continuer à améliorer la résilience des pays en développement aux conséquences du changement climatique". Ambassadeur Paola Amadei, chef de la délégation de l'UE à la Jamaïque, au Belize, aux Bahamas, aux îles Turks et Caicos et aux îles Caïmans.
L'économie du Belize, comme celle de tous les pays côtiers de basse altitude des Caraïbes, est basée sur l'agriculture, la pêche, le bois et les industries du tourisme. Le Belize a été sujet à des dommages cycliques dus aux ouragans, aux raz-de-marée, aux inondations et aux vents, qui ont affecté l'agriculture, les biens et les infrastructures, et ont dévasté l'économie. Au cours des 75 dernières années, 21 tempêtes tropicales ont été enregistrées au Belize. Une tempête sur trois a été un ouragan de catégorie 3, et l'incidence de ces événements extrêmes a augmenté ces dernières années.
Une élévation du niveau de la mer menace des conséquences potentielles telles que l'érosion côtière et la perte de terres, les inondations, la salinisation des sols et l'intrusion d'eau salée dans les aquifères souterrains. La quantité et la qualité des réserves d'eau disponibles peuvent affecter la production agricole et la santé humaine. De même, les changements de la température de la surface de la mer et de la circulation océanique pourraient affecter les organismes marins, y compris les coraux, les herbes marines et les stocks de poissons.
En 2009, le gouvernement du Belize a adopté une politique nationale de gestion intégrée de l'eau et une stratégie nationale d'adaptation pour faire face au changement climatique dans le secteur de l'eau. La stratégie fournit une base solide pour l'intégration du changement climatique dans le secteur.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
2,900,000.00 €

Overall objective

Renforcer la capacité d'adaptation et la résilience au changement climatique dans les politiques nationales, notamment dans le secteur de l'eau.




Objectifs spécifiques
  • Améliorer la résilience au changement climatique par des interventions dans le secteur de l'eau qui sont cohérentes avec d'autres initiatives en cours.
  • Renforcer les capacités institutionnelles du gouvernement du Belize en ce qui concerne le changement climatique. L'un des objectifs est de soutenir la création d'un bureau permanent sur le changement climatique au sein du Ministère des Ressources Naturelles, qui fournira une expertise économique, sociale et environnementale.



Produits

1. La résilience du secteur de l'eau aux impacts potentiels du changement climatique est accrue.

Les activités prévues comprennent la fourniture d'un soutien à l'institutionnalisation de l'Autorité Nationale de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (ANGIRE) au sein du Ministère des Ressources Naturelles et de l'Environnement (MRNE). A cet effet : (i) Une assistance technique est fournie à cette Autorité nouvellement établie, en soutien au son développement institutionnel et à sa viabilité financière. (ii) Les statuts et règlements nécessaires à l'action de l'ANIRE sont élaborés et appliqués, conformément à la nouvelle politique et stratégie. (iii) Les profils nationaux de vulnérabilité des ressources en eau et les plans de sécurité de l'eau associés sont préparés. (iv) Une évaluation des ressources en eau est réalisée pour alimenter un plan directeur pour la gestion intégrée de l'eau.


La mise en œuvre d'un projet pilote intitulé "Changement climatique et sécurité alimentaire : renforcer la résilience des éleveurs de bétail du district de Belize" est prévue. Un autre projet a examiné les moyens de garantir un approvisionnement durable en eau et de faire face à la mauvaise qualité de l'eau. L'adaptation aux inondations est améliorée par l'introduction de mesures appropriées de gestion des bassins versants. Enfin, pour atténuer les effets négatifs de l'érosion des sols, on envisage de gérer l'utilisation des terres et de replanter les forêts endommagées dans des endroits stratégiques.

2. Les capacités du governament national à planifier et à cordonner une réponse nationale aux menaces du changement climatique sont renforcées.

Un soutien est apporté à l'installation d'un bureau du changement climatique au sein du Ministère des Ressources Naturelles et de l'Environnement. Les acteurs, rôles et capacités existants en matière de changement climatique sont cartographiés. Un cadre organisationnel soutenant la gouvernance nationale du changement climatique est développé et proposé pour une approbation nationale.


Une campagne est mise en œuvre pour aider les décideurs à différents niveaux à améliorer leurs connaissances et leurs compétences en matière d'adaptation au changement climatique et d'atténuation de ses effets. Dans le domaine de l'éducation, de la formation et de la sensibilisation du public au changement climatique, les agents publics et les représentants de la société civile se voient offrir des possibilités de formation et de développement des capacités.
L'élaboration d'une politique nationale globale en matière de changement climatique est soutenue.


La transition du Belize vers un mode de développement à faible émission de carbone est facilitée, principalement par l'organisation de sessions de formation et d'ateliers sur l'utilisation d'un cadre de modélisation de la croissance à faible émission de carbone à des fins de planification.



Réalisations jusqu’à present

Réalisations liées à la composante 1 :

  • Le Conseil consultatif sur l'eau a été créé au sein du Ministère des Ressources Naturelles et de l'Agriculture (MRNA).
  • Un rapport technique intitulé "Institutional and Context Analysis on Water Governance in Belize" a été produit.
  • L'Autorité Nationale de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (ANGIRE) a été créée, sa charte organisationnelle et opérationnelle a été développée, ainsi que son décret sur le mandat, le rôle et les fonctions. Une stratégie de développement des capacités de la ANGIRE a également été élaborée.
  • Une évaluation des eaux souterraines, un profil de vulnérabilité et un plan de sécurité ont été développés pour la province de Savannah, par GEOMEDIA.
  • Avec le soutien des autorités nationales et des ONG, cinq projets pilotes ont été lancés :
    • Construction des communautés résilientes - Préparer les communautés à atténuer efficacement l'impact des risques associés à leur changement climatique (Organisation Nationale de Gestion des Urgences).
    • Partenariat social dans l'adaptation comme moyen d'assurer le bien-être de la communauté (Southern Environmental Association).
    • Changement climatique et sécurité alimentaire - Renforcer la résilience des éleveurs de bétail du district de Belize (Ministère des Ressources Naturelles et de l'Agriculture).
    • Accélérer la couverture en eau potable - Piloter des solutions innovantes pour sécuriser les sources locales d'approvisionnement en eau (Ministère du travail, des collectivités locales et du développement rural et Organisation Nationale de Gestion des Urgences).
    • Gestion forestière appliquée - Renforcement des capacités pour la restauration des bassins versants touchés par des catastrophes naturelles (Ministère des Forêts, de la Pêche et du Développement Durable).

Réalisations liées à la composante 2 :

  • Un Bureau National du Changement Climatique a été mis en place et rendu opérationnel sous l'égide du Ministère des Forêts, de la Pêche et du Développement Durable.
  • Une politique, une stratégie et un plan d'action nationaux d'adaptation au changement climatique ont été élaborés.
  • Un profil national de vulnérabilité a été élaboré.
  • 15 bourses ont été accordées à des fonctionnaires et à des membres de la société civile pour leur permettre de se former à l'intégration du changement climatique dans leurs secteurs respectifs.
  • Plus de 100 fonctionnaires ont été formés à l'atténuation du changement climatique, à l'évaluation de la vulnérabilité et à la modélisation du changement climatique (ateliers internes).


Défis et enseignement tirés
  • Les projets ont reconnu les avantages de l'intégration des programmes de travail des projets dans les plans annuels des départements nationaux. Cette approche a favorisé l'appropriation nationale et accru la durabilité potentielle des efforts.
  • Extension : le partenariat avec le Centre de la Communauté des Caraïbes sur le Changement Climatique (CCCCC) a offert d'excellentes possibilités de multiplier les effets du projet ainsi que pour mettre à l'échelle les interventions. Le projet a coordonné avec le CCCCC des actions d'éducation et de socialisation, l'élaboration de stratégies sectorielles, la finalisation d'une politique nationale globale et d'un plan d'action sur le changement climatique et le développement des capacités du bureau national du changement climatique.
  • Coordination : les structures établies grâce aux investissements de la AMCC ont travaillé pour soutenir la coordination des portefeuilles nationaux. Le Bureau National du Changement Climatique, qui a pour mandat de coordonner toutes les initiatives en cours dans ce domaine, en est un exemple clé.


«Le développement n'est pas durable s'il nuit à l'environnement, à la biodiversité et aux ressources naturelles, et s'il accroît l'exposition et la vulnérabilité aux catastrophes naturelles. La politique de développement de l'UE devrait promouvoir une économie verte capable de générer de la croissance et de contribuer à réduire la pauvreté en valorisant le capital naturel et en  investissant dans celui-ci, notamment en appuyant les possibilités de marché relatives aux technologies propres, à l'énergie et à l'utilisation rationnelle des ressources, et en encourageant le développement local tout en stimulant l'innovation, l'usage des TIC et la réduction des utilisations non durables des ressources naturelles. Elle devrait continuer à améliorer la résilience des pays en développement aux conséquences du changement climatique.» 

Ambassadrice Paola Amadei, chef de la Délégation de l'UE auprès de la Jamaïque, du Belize, des Bahamas, des Îles Turks-et-Caïcos et des Îles Caïmans.