Soutenir l'adaptation au changement climatique dans le secteur de l'eau aux Samoa

Soutenir l'adaptation au changement climatique dans le secteur de l'eau aux Samoa

Duration
to
Status
Completed programmes
Région
Pacifique
Pays
Samoa
Pays impliqués
1
Total budget
3,00 M€
Sector(s)
GCCA priority area(s)
Effets du changement climatique sur la région

Approximativement 70% de la population et des infrastructures des Samoa se situent dans des zones côtières de faible élévation, et 50% de la population vit dans la zone urbaine d'Apia et dans la partie nord-ouest d'Upolu. La hausse prévue du niveau de la mer pourrait exacerber l'érosion côtière, entraîner la perte de terres et de biens et exiger le déplacement de communautés insulaires. Il est également probable que la fréquence et la gravité des inondations côtières vont s’accroître. Au début des années 1990, les cyclones tropicaux Ofa et Val ont provoqué des dégâts dont le coût a été estimé à environ quatre fois le produit intérieur brut du pays. La durabilité environnementale et la réduction des risques de catastrophe figurent parmi les priorités de la Stratégie de développement des Samoa 2008-2012, qui identifie l'adaptation au changement climatique comme une question transversale.

Les Samoa ont élaboré un cadre de stratégies, de plans et de structures de gouvernance qui sont considérés comme des exemples de bonnes pratiques dans la région du Pacifique. Dans de nombreux plans et stratégies, l'adaptation au changement climatique apparaît comme une priorité. Les Samoa entendent améliorer la qualité de vie de tous les habitants en privilégiant sept priorités de développement clés, dont la durabilité environnementale et la réduction des risques de catastrophe.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
3,000,000.00 €
Specific objectives

Renforcer l'intégration de l'adaptation au changement climatique dans le plan sectoriel actualisé Water for Life 2012-2016.

Atténuer l'impact des inondations au centre d'Apia par la réhabilitation d'infrastructures de drainage prioritaires et l'introduction d'un programme de maintenance efficace.

Key achievements
  • Le plan sectoriel Water for Life 2012-2016 a été adopté. Il met davantage l’accent sur la gestion des bassins versants.
  • Six plans de gestion de bassins versants ont été finalisés et approuvés par le Comité de pilotage conjoint du secteur de l’eau et le Comité de Développement du Cabinet. Ces plans vont guider des initiatives de gestion durable des bassins versants d’Aufaga, Loimata o Apaula, Fuluasou, Tafitoala, Vaipouli (à Savai’i) et Togitogiga.
  • Les programmes de réhabilitation de bassins versants en cours continuent à promouvoir le reboisement de zones critiques et prioritaires, qui comprennent les bassins versants d’Apia, de Togitogiga, de Vaipouli, de Loimata o Apaula. Tous les programmes de réhabilitation font appel à la participation des communautés locales. Des pépinières gérées par les communautés elles-mêmes ont été établies afin de promouvoir l’appropriation au niveau local et la viabilité des initiatives de réhabilitation.
  • Des initiatives de mobilisation des communautés, telles que des campagnes annuelles de nettoyage des cours d’eau impliquant les communautés concernées et les écoles proches, des séminaires à l’intention des communautés, des programmes de sensibilisation dans les écoles ou encore des émissions de radio interactives sont régulièrement organisées ; elles sont menées par le Département des ressources en eau du Ministère des ressources naturelles et de l’environnement, avec la collaboration des agences sectorielles concernées.
  • Le gouvernement a sécurisé 32 acres (13 hectares) de terrain à Malololelei, dans le bassin versant de Fuluasou, afin de mettre en réserve des zones critiques et de protéger le captage d’eau tout proche de Fuluasou, qui dessert actuellement 6 450 ménages. Les efforts de sécurisation de zones critiques se poursuivent ; le gouvernement cherche notamment à convertir en réserves naturelles 50 acres (20 ha) supplémentaires à Malololelei et dans des zones sensibles des bassins versants de Tapatapao et de Tiavi.
  • Cinq articles scientifiques ont été publiés dans le cadre du programme de recherche du secteur de l’eau et de l’assainissement.
  • Les travaux d’entretien de routine et de réhabilitation du réseau de drainage urbain se poursuivent entre Vaitele et Lauli’i (est/ouest) et entre Apia et Afiamalu (nord/sud). En parallèle, les infrastructures existantes sont gérées dans le cadre du système de gestion des infrastructures de Samoa (SAMS). Ceci doit permettre d’assurer le suivi et la gestion intégrée de l’ensemble du réseau routier (y compris le système d’évacuation des eaux) tant à Upolu qu’à Savai’i.
Main activities per result

Le Plan sectoriel actualisé Water for Life intègre des mesures efficaces d'adaptation au changement climatique dans toutes les phases du cycle du programme.

Dans ce but, des ateliers participatifs doivent être organisés, et des experts prodigueront des conseils techniques concernant les options possibles en matière de changement climatique.

Toutes les infrastructures de drainage de l'agglomération d'Apia sont nettoyées et réhabilitées. Un système efficace de gestion et un programme de maintenance sont mis en œuvre pour l’ensemble des infrastructures de drainage, sous le contrôle de l'Autorité des transports terrestres.

Ceci implique de confier à des contractants privés la réhabilitation et le nettoyage des drains de l'agglomération d'Apia. Les résultats de ces travaux doivent être intégrés dans une base de données de gestion des infrastructures qui servira ensuite à concevoir un plan de maintenance global.

Les infrastructures prioritaires de drainage des eaux pluviales sont reconstruites et modernisées, sur la base des projections en matière de changement climatique, dans le quartier d'affaires central d'Apia, sujet aux inondations.

Ceci exige la préparation de plans détaillés pour la reconstruction et la modernisation des infrastructures de drainage prioritaires identifiées dans le Plan directeur d'Apia pour l'eau, l'assainissement et le drainage (2010), compte tenu des projections les plus récentes en matière de changement climatique. 

Le 13 décembre 2012, le cyclone Evan a frappé les Samoa. Cette catastrophe a poussé l’Autorité des transports terrestres à changer ses priorités afin de pouvoir exécuter les travaux d’urgence nécessaires au rétablissement des accès routiers publics des zones sinistrées à travers le pays. De ce fait, la plupart des travaux d’équipement qui étaient encore prévus pour l’exercice financier 2012/2013 ont été reprogrammés afin d’accorder la priorité aux travaux d’urgence. Ces travaux de reconstruction routière incluent l’exécution d’un nouveau tracé du système d’évacuation des eaux, l’installation de drains modernes et des travaux de protection des cours d’eau par la construction d’enrochements.

Challenges and leçons apprises (selection)
  • Il y a des avantages évidents à suivre des approches intégrées pour gérer à la fois l'adaptation au changement climatique et la réduction des risques de catastrophe. La gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) au niveau des bassins versants est cruciale pour accroître la résilience du pays aux impacts potentiels de la variabilité du climat et du changement climatique. Les initiatives de contrôle des inondations font partie intégrante du processus de planification lié à la GIRE, et les stratégies de gestion des bassins versants font partie intégrante des efforts de gestion des inondations. La réglementation des activités de développement dans la partie supérieure des zones de captage et la réhabilitation (par le reboisement) du bassin versant d'Apia contribuent largement à l'atténuation des inondations dans la zone urbaine.
  • Le renforcement des partenariats public-privé pour la maintenance de routine du réseau urbain d'évacuation des eaux a permis d'améliorer significativement les performances du réseau. La participation et l’implication active des communautés dans les programmes d’entretien et de réhabilitation est également cruciale pour la pérennité du système.
  • Pour maintenir les améliorations constatées dans la performance du réseau d’évacuation des eaux, la préparation d’un manuel de conception normalisée des réseaux de drainage local s’impose à présent pour guider la conception des nouveaux projets résidentiels et commerciaux en zone urbaine.
  • La gestion du système de drainage est fragmentée, étant partagée entre l’Autorité des transports terrestres, le ministère des Travaux publics, des Transports et des Infrastructures, le ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement et un Comité de gestion des drains. La collaboration et le partenariat entre toutes les agences concernées, dans un esprit positif, est indispensable pour maintenir dans la durée l’amélioration du système de drainage de l’agglomération d’Apia.
  • Le concept de résilience est progressivement intégré dans les initiatives publiques de réduction des risques de catastrophe. Par exemple, les acteurs concernés sont désormais bien conscients du rôle important joué par le réseau de drainage pour réduire les risques de graves dommages au revêtement routier en cas de tempête.
  • Le 13 décembre 2012, le cyclone Evan a frappé les Samoa. Cette catastrophe a poussé l’Autorité des transports terrestres à changer ses priorités afin de pouvoir exécuter les travaux d’urgence nécessaires au rétablissement des accès routiers publics des zones sinistrées à travers le pays. De ce fait, la plupart des travaux d’équipement qui étaient encore prévus pour l’exercice financier 2012/2013 ont été reprogrammés afin d’accorder la priorité aux travaux d’urgence. Ces travaux de reconstruction routière incluent l’exécution d’un nouveau tracé du système d’évacuation des eaux, l’installation de drains modernes et des travaux de protection des cours d’eau par la construction d’enrochements.
Way forward (selected)
  • La finalisation des plans de gestion des bassins versants de Solosolo, Gasegase, Vaisigano, Faleaseela, Piu et Palauli est prévue pour 2013-2014.
  • L’objectif est de réhabiliter entièrement et de redéfinir le système existant d’évacuation des eaux, et d’identifier les travaux de modernisation de plus grande envergure nécessaires pour optimaliser le niveau de performance du système.
  • Le secteur devra renforcer et promouvoir la GIRE pour la gestion du système de drainage urbain dans le contexte d’un processus de gestion d’ensemble des bassins versants (plutôt que de l’aborder en tant que problématique isolée). Dès lors, tous les acteurs impliqués dans la gestion des bassins versants, l’aménagement du territoire (y compris les aspects fonciers) et la gestion des infrastructures de drainage doivent continuer à travailler ensemble. Un protocole d'entente en cours d'élaboration devrait faciliter la collaboration entre les agences concernées en spécifiant clairement les rôles et responsabilités de chacun, les possibilités de partage d’information, etc.
  • Entretenir des partenariats public-privé efficaces est essentiel non seulement pour développer les capacités des entrepreneurs privés, mais aussi pour assurer un entretien régulier des drains en vue de réduire l’incidence des inondations dans l’agglomération urbaine.