RDC : Protéger la forêt dès le plus jeune âge

 

‘Batela zamba, tokobatela zamba, toloni nzete, tokobatela zamba’ – protégeons nos forêts et plantons des arbres – est devenue la nouvelle chanson préférée des enfants de Yangambi.

Congo

 

C’est la journée nationale de l’arbre, instituée en 1986 pour célébrer les arbres et leur importance pour la société, l’économie et l’environnement du pays. Une journée très spéciale destinée à rappeler à tous les citoyens que l’avenir du pays est tributaire de la biodiversité et de la vitalité de ses forêts.

Les enfants et les jeunes de Yangambi, en République démocratique du Congo, apprennent à protéger la forêt et à prendre soin de l'environnement à l'école. Un programme innovant d'éducation à l'environnement, soutenu par l'Union européenne par l'intermédiaire de l'AMCC+, aide les élèves des communautés forestières à comprendre l'importance de l'utilisation durable des ressources naturelles et les encourage à agir dès leur plus jeune âge.

« L’éducation à l’environnement devrait faire partie du cursus général », déclare Joëlle Grandjean, qui est responsable du programme d’éducation environnementale. « Dès leur plus jeune âge, il est essentiel que les enfants comprennent comment les forêts contribuent aux moyens d’existence de leurs familles et communautés, et comment les générations à venir peuvent aussi bénécier de toutes les ressources procurées par la forêt. »

Le Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR) a organisé un atelier dynamique où les enfants apprennent à protéger la forêt et à prendre soin de l'environnement. « J’aime beaucoup ce que je fais, les enfants ont tellement d’énergie, et ils sont si désireux d’apprendre », affirme Éric Basosila, l’un des animateurs de cet atelier, qui vient d’obtenir son diplôme d’études supérieures en gestion durable des forêts à l’Université de Kisangani (UNIKIS). « Cela me permet d’utiliser ce que j’ai appris à l’université pour impulser un réel changement dans les communautés », ajoute-t-il.

 

RDC

 

« Nous avons une équipe d’éducation à l’environnement, formée par des personnes qui connaissent ces communautés, par des experts des forêts et des spécialistes de la pédagogie », précise J. Mayaux. Ce programme fait partie d’une entreprise ambitieuse visant à transformer le paysage de Yangambi (la Réserve de biosphère et ses alentours), en un site où la conservation des forêts et la recherche scientifique contribuent à améliorer les conditions de vie des populations locales. Financés par l’Union européenne, les projets FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) et YPS (Yangambi Pole Scientifique) ont permis de créer, depuis 2017, plus de 600 emplois directs, de former plus de 220 étudiants de deuxième ou de troisième cycle, de restaurer environ 300 hectares, et de planter 300 000 arbres.